Stupéfiante exposition Olga Picasso au Musée Picasso Paris

Olga Picasso
Olga Picasso, Musée Picasso Paris, du 21 mars au 3 septembre 2017

Stupéfiante exposition Olga Picasso au Musée Picasso Paris

Aborder l’oeuvre pléthorique de Pablo Picasso requiert de l’endurance et de la persévérance. Car le maitre espagnol qui dessinait déjà comme Raphael à l’âge de 12 ans avant de passer sa vie à apprendre à dessiner comme un enfant, en plus d’être un bourreau de travail, a révolutionné l’approche picturale du monde. Son empreinte sur la postérité reste inégalée et peu de courants de la peinture du XXe siècle ont échappé à son emprise. Le Musée Picasso Paris propose une exposition unique et passionnante retraçant la relation privilégiée entre le minotaure et la danseuse russe Olga Khokhlova. Celle qui deviendra sa première épouse en 1918 n’a cessé d’apparaître dans une multitude de toiles aux thématiques diverses et variées entre 1917 et 1935. Le Musée Picasso Paris agence les toiles et pièces d’archives dans un parcours autant chronologique que thématique. Une excellente manière d’appréhender un artiste inclassable via un sillon majeur de son oeuvre.

Une rencontre inopinée et féconde

En 1917, Picasso est déjà un artiste reconnu, à la cote appréciable et aux revenus croissants.  Après la période de vaches maigres du Bateau Lavoir dans le Montmartre du début du XXe siècle, l’homme a déjà révolutionné la peinture avec sa période cubiste et ses oeuvres influencées par l’art africain. Echappant à la mobilisation lors de la Première Guerre Mondiale du fait qu’il appartient à un pays non belligérant, il se rend à Rome en 1917 pour travailler au décor du ballet Parade de Léonide Massine et des Ballets russes de Serge de Daighilev sur une musique d’Erik Satie. Il y fait la rencontre d’Igor Stravinsky mais surtout de la danseuse russe Olga Kholkhova. Le coup de foudre immédiat et mutuel aboutira au mariage en 1918 avec rien de moins que CocteauMax Jacob et Apollinaire comme témoins. Olga Picasso ne fut pas qu’un modèle parmi tant d’autres, elle fut une muse, un électron tournant autour de l’atome Pablo et la compagne de sa période surréaliste. L’exposition souligne la relation unique et fusionnelle entre la mère du premier enfant de Picasso, Paul et celui qui ne va cesser d’innover tout au long de sa vie.

Un héritage enchanté

Les oeuvres disposées dans un parcours hypnotique alternent avec des photos et des films témoignant du bonheur vécu par le couple. Entre Paris et la côté méditerranéenne, Pablo et Olga vont aller de découvertes en découvertes. Subjugué par la beauté slave mélancolique de sa gracieuse danseuse, Pablo ne cesse de la représenter encore et encore. Mais le pantagruélique andalou à l’appétit carnassier finira par se séparer d’Olga en 1935 (sans jamais divorcer). Dès 1926, sa rencontre avec Marie-Thérèse Walter marque la fin de la période dorée et les représentations picturales d’Olga montreront l’acrimonie croissante entre les deux époux, la transformant en monstre immonde et difforme. Les multiples explications écrites agrémentent l’exposition d’éclaircissements permettant de multiplier les regards sur une période légendaire de sa carrière de peintre. Voir évoluer le couple et son enfant dans les films en noir et blanc crée une immédiate proximité qui émerveille tout autant que les toiles magistrales exposées au sein d’un musée déjà bien garni.

L’exposition Olga Picasso propose un regard différent sur une oeuvre marquante. L’homme Picasso est disséqué dans ses passions et ses atermoiements avec à ses côtés cette femme qui ne reverra jamais sa famille après son départ de Russie pendant la révolution russe. Une exposition magistrale à ne pas manquer.

Dates : du 21 mars au 3 septembre 2017
Lieu : Musée Picasso Paris
Entrée : 12,50 €

GALERIE PHOTOS

Olga Picasso
Olga Picasso

Olga Picasso

Olga Picasso
Olga Picasso

Olga Picasso
Olga Picasso

Note
Originalité
Qualité des oeuvres présentées
Plaisir de la visite
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here