C’est un témoignage émouvant qui parait le 7 octobre aux éditions La Boîte à Bulles. Alors que la France tombait sous le joug nazi en 1940, quelques jeunes femmes décidaient d’organiser un réseau d’évasion de prisonniers français et d’alsaciens fuyant le service du travail obligatoire. Sans moyens au-delà de leur propre volonté et de leur courage, elles ont contribué à la fuite de 500 individus. La BD raconte cette histoire difficile à imaginer aujourd’hui et pourtant belle et bien véridique.

Des destins de jeunes femmes admirables

L’auteur et dessinateur Etienne Gendrin s’est livré à un travail de recherche minutieux pour exhumer cette histoire enfouie dans les caves de l’histoire. Il faut s’imaginer Strasbourg en 1940 alors que le pays est vaincu et que l’Alsace a été rattachée à l’Allemagne nazie. Peu ont fait le choix d’une réaction à l’ennemi, pour des raisons qui touchent à l’intime. Protéger les siens, peur des représailles, inaction naturelle. Mais comme le dit le titre de l’ouvrage, Alice Daul est une tête de mule et elle ne peut se résoudre à courber l’échine. Avec des camarades aussi déterminées qu’elle, elle organise un réseau d’exfiltration qui a tout de l’artisanat. Mais à force d’organisation et de persévérance, elles réussissent à berner l’ennemi pendant de longs mois. Le dessin rappelle les grandes heures de la BD belge avec ces faciès rappelant Tintin, mais c’est surtout le scénario qui interpelle, rappelant que rien n’est impossible pour qui a la force d’y croire, et la foi en ce qui concerne ces personnages féminins anciennes scouts. Si la première moitié de la BD fait frémir par crainte qu’elles soient découvertes, la seconde moitié montre la détermination de l’héroïne à s’évader de son camp d’internement. Car les jeunes femmes ont été découvertes et l’ennemi, stupéfait de se retrouver face à des simples jeunes femmes, n’a pas le cœur de faire autrement que de les emprisonner. Après l’aventure de l’action vient le récit d’une résolution à s’évader pour une Alice Daul qui ne recule devant rien pour mener son entreprise à bien, malgré le froid et les risques de se faire attraper.

Têtes de mule est une BD qui remet les idées en place, rappelant qu’il faut bien choisir ses combats et ne pas s’éparpiller dans d’inutiles querelles. Ces héroïnes sont autant de rappels à l’importance de rester souder pour ne pas subir l’oppression. La Boîte à Bulles va faire paraitre cette BD le 7 octobre à lire absolument.

Synopsis: Alice est une jeune fille de la petite bourgeoisie strasbourgeoise. En septembre 1939, à 21 ans, cette guide de France, anticonformiste et francophile s’engage comme infirmière dans l’armée française. Après la débâcle, elle rentre chez ses parents à Strasbourg, en Alsace, que les Allemands s’emploient à nazifier. Très vite, Alice s’insurge contre la situation et, avec ses amies Guides de France, elle constitue une équipe clandestine qui vient en aide aux prisonniers de guerre français et étrangers enfermés dans les casernes de la ville. Pendant deux ans, elles recueillent, nourrissent, munissent de faux papiers et exfiltrent d’Alsace près de 500 prisonniers de guerre ou d’alsaciens fuyant le Reichsarbeitsdienst, le service du travail du Reich.
Mais suite à une imprudence, le réseau est repéré, les filles arrêtées, et enfermées dans la forteresse de Ziegenhain (près de Kassel). Lucienne, la cheffe d’équipe est condamnée à mort. En septembre 1944, Strasbourg est libéré, Alice n’a alors plus qu’une idée en tête, s’évader, et retrouver sa famille.

Editeur: La Boîte à Bulles

Auteur: Etienne Gendrin

Nombre de pages / Prix: 168 pages / 25 euros

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici