Traité comme une bête, une BD de douleur et de résistance (éditions La Boîte à Bulles)

Traité comme une bête

La Boîte à Bulles évoque une histoire difficilement croyable aujourd’hui. Pourtant, avant d’être une démocratie, la Corée du Sud a vécu sous le joug de la junte militaire et de la loi martiale, avec des arrestations sommaires et d’ignominieuses tortures. Park Kun Woong évoque l’histoire du démocrate Kim Keun-tae et ne passe sous silence aucun des tragiques épisodes de son parcours tout au long des 576 pages d’un récit effrayant de réalisme. En septembre 1985, il a connu l’enfer pendant 22 jours consécutifs avec notamment d’intenses séances de noyade et des sévices corporels. Pas un récit très facile à lire mais tellement instructif sur ce que les êtres humains sont capables de devenir dans des cas aussi extrêmes.

Un récit glaçant de réalisme

La BD Traité comme une bête montre dans un noir et blanc volontairement simpliste le destin d’un homme qui ne peut échapper au système. Président de la Fédération de la jeunesse démocratique, puis dirigeant de l’Alliance nationale démocratique de la Corée, Kim Keun-tae vit caché avec son épouse et ses enfants. Quand il est arrêté sans mandats ni raisons précises, il ne se doute pas du calvaire à venir. L’auteur ne cache rien de son séjour dans les geôles d’un gouvernement qui veut écraser la contestation. Et le pauvre hère doit subir des souffrances continues dans le but de signer des aveux forcés et ainsi se décrédibiliser, à l’instar de ce que le régime stalinien faisait subir à ceux qu’il suspectait de trahison. La BD se lit avec l’impression persistante que cela n’est pas possible. Pourtant, ce fut le cas en Corée du Sud, comme au Chili sous Pinochet, comme en Espagne franquiste ou dans tous ces pays où une minorité veut faire taire tous les opposants. Les descriptions de sévices font froid dans le dos, le courage du personnage principal force le respect et les tortionnaires sont décrits dans toute leur vérité. Ils n’hésitent pas à suivre les ordres pour torturer et contraindre par la force leur prisonnier, faisant fi des cris et des appels à l’aide. Le récit interroge sur la manie très humaine de l’homme de ne pas se poser la question de la légitimité des ordres, rappelant les constats de l’expérience de Milgram sur l’obéissance aveugle.

Traité comme une bête fait partie de ces bandes dessinées pas simples à lire mais tellement nécessaires pour tenter de comprendre que l’homme est multiple et qu’un régime militaire ne peut contraindre les individus résolus de se taire. Une BD obligatoire, en somme.

Mot de l’éditeur:

L’auteur Park Kun Woong nous conte l’histoire du démocrate Kim Keun-tae. Président de la Fédération de la jeunesse démocratique, puis dirigeant de l’Alliance nationale démocratique de la Corée, il a été emprisonné à Namyong-dong en septembre 1985 et torturé.

Pendant ces 22 jours de captivité, il a pratiquement été laissé pour mort après avoir été battu à plusieurs reprises. à la suite des aveux faits sous la torture, il a été condamné à cinq ans d’emprisonnement pour violation de la loi sur la sécurité nationale.

Traité comme une bête montre également comment des gens ordinaires peuvent devenir des tortionnaires quand ils sont pris au piège des institutions.

Le récit poignant et bouleversant du martyr d’un homme ayant risqué sa vie au nom de la démocratie de son pays.

Infos de l’éditeur :

Date de parution : 4 septembre 2019
Auteur : Park Kun Woong (Scénario et dessin)
Editeur : La Boîte à Bulles
Prix : 30 €

Note
Originalté
Dessins
Scénario
Plaisir de la lecture
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here