Voilà un disque comme une coïncidence, sorti sans vraiment l’avoir planifié et finalement une vraie bonne surprise. C’est une équipe improvisée qui a embarqué pour l’aventure avec pour objectif de relier les volcans d’Auvergne jusque les eaux de la Méditerranée. Les conditions live de l’enregistrement à la Coopérative de Mai située à Clermont-Ferrand font beaucoup pour l’originalité réussie de cet album. Alors que la scène a été interdite au public et aux artistes une année durant, ce disque est né comme une évidence pour un bel hommage au grand George Brassens de la part d’artistes venus de tous horizons.

C’est dans les vieux pots…

Les artistes participants à l’album live louvoient entre respect des textes et originalité des reprises avec des appropriations bienvenues comme Hécatombe repris par Iraka qui reprend Hécatombe à la mode Dub, dans le respect total du texte qui reprend vie dans le monde actuel. De quoi se souvenir que le grand Georges est toujours d’une grande actualité. La relecture est vivifiante, le rythme s’intensifie et les textes sont toujours aussi parlants, actuels, éternels. The Doug reprend le grand pamphlet La mauvaise réputation en y injectant une grande dose de vie, le texte est toujours aussi puissant, la reprise redonne vie à une chanson que tous les plus jeunes devraient écouter, l’hommage est sublime. Là où la scène auvergnate a été privée de concerts pendant de longs mois, l’album montre que tout est possible, la vie existe toujours malgré les contraintes, les artistes font preuve de flexibilité et en profitent pour rendre hommage à un artiste sur qui le temps n’a pas d’emprise. Poète énervé, grand pourfendeur de l’hypocrisie, Brassens chantait vrai avec des paroles simples et profondes à la fois. Tous les artistes de l’album ont grandi à l’ombre de cette salle mythique qu’est la coopérative de Mai. Quand Les mamans de Congo et Rrobin reprennent Chanson pour l’auvergnat, c’est de la world music qui pourfend les idées reçues, Georges aurait adoré cette réinterprétation susceptible de briser les frontières. Comme John et Albin de la Simone reprennent le texte d’Aragon Il n’y a pas d’amour heureux mis en musique par l’immense Brassens, de quoi verser quelques larmes devant tant de beauté. Et tous les artistes rivalisent d’inventivité pour faire de cet album un immense succès.

Tout l’album est du même acabit, c’est un vrai choc musical, plein de sensibilité, de force et d’actualité. De quoi donner envie de redécouvrir l’oeuvre de Georges Brassens, il y a des albums comme ça, c’est beau, c’est grand, c’est la liberté incarnée. La Coopérative de Mai est à l’origine d’un vinyle collector appelé à faire date, enregistré par Olivier Lude (Matthieu Chedid, Vanessa Paradis, Yodelice, Indochine) et filmé par Biscuit Production. Plus qu’à souhaiter que des concerts aient lieu en juillet à Sète pour admirer tout ce beau monde sur scène.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici