Un voyage, un film de Samuel Benchetrit

un_voyage-bbaa8

En salle le 23 avril

[pull_quote_center] Un couple dépose leur enfant à la maternelle un vendredi matin. C’est la grand-mère qui viendra le chercher le soir et qui le gardera pour le week-end. Eux partent en voyage, dans un autre pays.[/pull_quote_center]

Parfois il est difficile de définir son avis sur un film à la sortie du cinéma. Le dernier film de Samuel Benchetrit déstabilise, se réfléchit, se digère.

Il y a quelque chose de l’ordre de la tragédie dans Un voyage.

Dès les premières images, c’est un visage de femme qui s’offre à la caméra. Mona (Anna Mouglalis) parle à son mari, susurre de sa voix grave la mort imminente : « mon dernier mot sera celui de notre amour ».

photo_07

L’image est trouble, de mauvaise qualité, bien loin du splendide noir et blanc de « J’ai toujours rêvé d’être un gangster ». Plus le film avance, plus l’image semble se décomposer comme si l’évanescence programmée la mangeait. La caméra tremble. Mona « ce n’est pas une femme, c’est une apparition ». A demi nue dans l’eau, dans une robe de satin rouge dans la rue, Un voyage c’est surtout le portrait dans tous ses états de la belle Mona/Anna Mouglalis, la caméra recueillant le moindre de ses sourires et de ses larmes.

photo_08

Il est question d’équilibre dans ce film, d’un amour qui s’éprouve. De rencontres de hasard en situations insolites, Un voyage marche sur le fil du rasoir, parfois tombe mais se rattrape. Et puis finalement c’est Daniel (Yann Goven) qui tient Mona sur ses épaules, qui supporte concrètement le poids de leur amour qui va s’éteindre. Le film est ponctué de beaux dialogues, à la lisière du théâtral, rendant bien la singularité de ce couple et de leur situation.

Un voyage n’est pas sans défaut (un rythme inégal, des moments d’égarement…), mais la sincérité du processus et la caméra amoureuse de Benchetrit lui font pardonner facilement. Si le voyage n’est pas parfait, il vaut assurément le détour.

 [youtube http://youtu.be/I2hwMNMfqAQ]

Mégane Mahieu
Mégane écrit régulièrement pour Publik'Art depuis 2012 et officie pour d'autres médias. Diplômée de Lettres et Arts, passionnée de cinéma, surtout celui d'auteur français, Mégane partage sa vie entre Strasbourg et Paris.

1 commentaire

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here