Vertical, un manga de Shinichi Ishizuka (t.1 & 2 / Glénat)

34968

Date de sortie : octobre 2013

Vertical est une sortie qui a enthousiasmé bon nombre de lecteurs de mangas qui apprécient toujours l’exploration d’univers rarement traités, à savoir l’alpinisme. Ce sujet nous remémore inévitablement l’œuvre culte de Jirô Taniguchi, Le Sommet des dieux. Si bien qu’il nous a été difficile de se garder de comparer le plaisir de lecture. Et force est de constater qu’il y a encore du chemin et de l’altitude entre Vertical et Le Sommet des dieux

Résumé de l’éditeur :

[pull_quote_center]

La montagne… Un monde où beauté et danger coexistent en permanence. Sampo Shimazaki connaît ses aspects merveilleux et ses aspects les plus durs. Suivez les sauvetages qu’il réalise dans les Alpes japonaises, épisodes remplis de l’âpreté et de la douceur de la montagne…[/pull_quote_center]

L’aventure débute par une petite scènette que l’on pense d’abord introductive. Le personnage principal, sauveteur bénévole et alpiniste chevronné apparaît avec un fort potentiel. Un personnage qui intrigue par sa bonté et sa passion pour les montagnes en particulier pour celles des États-Unis et pour les Alpes Japonaises. Son passé nous est ensuite comté par bribes, interrompues par quelques interventions où se succèdent échecs et succès.

gaku-3078783-copie

La trame scénaristique est malheureusement très faible. Le lecteur ne sait pas vraiment où l’auteur veut l’emmener. Il manque en effet un vrai fil continu, en l’absence d’imbrication des évènements qui ne font que se succéder, sans permettre d’approfondir ni l’histoire ni les personnages (à noter que les personnages secondaires sont tous très insipides).
Malgré la passion évidente de l’auteur alpiniste pour l’altitude et l’adrénaline de la Montagne, le manga semble embourbé dans une ambiance anesthésiée.

Le dessin peut quant à lui paraître simple voire simplet par instants, mais il n’en demeure pas moins très agréable et doit pouvoir se bonifier avec le temps et quelques détails à revoir.

Cette série ambitieuse (terminée en 18 tomes au Japon) n’a pas su se mettre à la hauteur des sommets dans ces deux premiers tomes, mais pourrait bien s’y hisser au fil du temps en prenant un peu de hauteur.

Gaël Bissuel
Gaël a créé Publik'Art en 2009. Notaire de formation, il est responsable de la rubrique BD et gère l'administration du site (webmaster). Il vit dans le sud de la France d'où il anime le webzine avec les membres de la rédaction, présente sur la majeure partie de l'hexagone : Paris, Bayonne, Montpellier, Lille, Lyon.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here