Pour 600 balles, t’as plus rien

600 euros
600 euros, film d’Andante Tragha, Copyright les films qui causent

Pour 600 balles, t’as plus rien

600 euros est un film viscéral, tourné avec l’énergie de la jeunesse et l’enthousiasme du réalisateur Adnane Tragha. Situé dans le contexte rempli d’espoirs (déçus?) des élections présidentielles 2012, le film revêt une signification toute particulière à la lumière des évènements actuels… En suivant les galères professionnelles et personnelles de Marco, le film fait un focus sur une France en plein doute, tiraillée entre le renoncement et la résistance. La lutte demande un investissement que tous ne sont pas prêts à faire…

Le film débute alors que Marco a un besoin impérieux de réunir… 600 euros. Pour assurer l’enregistrement d’une artiste qu’il tente de lancer, pour payer son loyer, pour vivre tout simplement. Devant les difficultés à réunir cette somme, il sombre peu à peu dans l’abattement et le désespoir. Jusqu’à commettre l’irréparable ?

Tourné avec des bouts de ficelle et un parti pris amateur assumé, 600 euros enthousiasme. Sa galerie de tout petits personnages élève à l’universalité par leurs comportements singuliers et imprévisibles. C’est cette étudiante qui peine à payer son loyer et qui se prend d’affection pour ce veuf fatigué et esseulé, ce jeune des cités qui pousse ses camarades à aller voter pour faire entendre leur voix et ce héros plein de bonne volonté qui ne parvient pas à garder la tête hors de l’eau. Par ces exemples minuscules mais représentatifs, Adnane Tragha interroge sur l’état de la société française. Le geste citoyen n’aurait-il plus de sens quand la voix du peuple n’est plus entendue ? L’enthousiasme des manifestations monstres de 2012 tranche avec les désespoirs particuliers, comme un avertissement ce qui se produit actuellement. Quand le vote n’a plus de sens, quand les fins de mois causent d’inévitables maux de tête, quand les perspectives sont trop ténues, il n’y a plus qu’une solution, la manifestation…

Afin de capter l’atmosphère si particulière de l’engouement populaire de 2012, Adnane Tragha s’est lancé dans son film sans vraie préparation ni équipe technique. Caméra à la main, il a placé ses comédiens au coeur des manifs, avec une vraie impression d’urgence et de vérité. Tourné finalement sur une période de 2 ans et demi, le film s’est tourné sur 5 périodes de 6 semaines. Avec ces plages de temps réduites, le sentiment de précarité voire de dénuement s’impose sans artifices ni effets pyrotechniques. Le quotidien le plus basique devient une aventure pour des jeunes acteurs saisis de près, dans des ruelles de la capitale ou dans leurs appartements minuscules. Une impression de claustrophobie accompagne ces destins singuliers qui semblent s’ouvrir au contact de la foule. Comme pour prévenir qu’à plusieurs, on est plus fort…

600 euros s’inscrit dans ce mouvement ardent et impétueux destiné à secouer la jeunesse. Car il y a des lendemains qui chantent et l’énergie ne devrait jamais se tarir devant les coups du sort. Un beau film d’espoir et d’énergie, signe d’audace et de dynamisme!

SYNOPSIS ET INFOS

600 euros
600 euros

Alors que la campagne présidentielle bat son plein, Marco Calderon, qui a longtemps milité, a décidé de ne plus voter. A la fois déçu par la politique et embourbé dans des problèmes d’argent, il tourne peu à peu le dos à notre société.

Sortie : le 8 juin 2016
Durée : inconnue
Réalisateur : Adnane Tragha
Avec : Adlène Chennine, Lisa Cavazinni, Youssef Diawara
Genre : Drame

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Réalisation
Scénario
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here