Valhalla Hotel tome 2 : la folie continue (Comixburo / Glénat)

On vous avait fait part des vertus revigorantes (et c’est un euphémisme) de Valhalla Hotel après la lecture du premier album, Bite The Bullet, et ce second opus vient confirmer notre première impression : Eat The Gun est aussi déjanté qu’on pouvait l’espérer !

On retrouve cette bonne vieille atmosphère de série Z à la sauce Tarantino, où le mystère s’épaissit autour des occupants de l’hôtel de Madame Frau Winkler. On en découvre un peu plus mais tellement peu qu’il est bien difficile de pouvoir s’avancer sur des pronostics. Et pourtant, l’artillerie lourde est de retour avec, notamment, un coach Malone au commande d’un supercopter… Un récit épicé à toutes les sauces imaginables

Comment ne pas accrocher à Valhalla Hotel qui offre un pur divertissement, convoquant tous les genres possibles (SF, polar, humour…) au coeur de Flatstone. C’est toujours aussi bien mis en images, et diablement addictif. Une lecture rafraichissante à déguster sans modération. Jubilatoire.

Extrait de la BD : 

Résumé de l’éditeur :

“J’aurais dû tourner à gauche à Albuquerque ! ” On a les citations que l’on mérite. En l’occurrence celle-ci, devenue culte aux USA : le coach Malone l’a empruntée à Bugs Bunny. Nous l’avions laissée à la fin du premier épisode, perplexe au milieu d’un paysage de guerre, dans le camp retranché d’El Loco. Sa célèbre Fiat 500 criblée de balles. Au milieu des épaves fumantes et des cadavres, le Shérif, Betty son adjointe et Zawalski donnent le LA de ce nouvel épisode, encore plus rythmé, loufoque voire aussi supersonique qu’un riff de “Fast” d’Eddie Clarke (le mythique guitariste de Motorhead). La paisible Flatsone se révèle alors être une bourgade schizophrénique. Chaque personnage semble y jouer, plus ou moins volontairement, un double rôle. Bien malin celui qui pourrait deviner, à ce stade, qui est le “gentil” et qui est le “méchant” … Si tant est que cela soit possible d’ailleurs. Lemmy a disparu, la mystérieuse Frau Winkler, gérante du Valhalla Hotel, y est-elle pour quelque chose ? Melinda la fougueuse Jammer (joueuse chargée de marquer les points) de l’équipe de Roller Derby locale, va-t-elle se convertir au tennis de table ? Le colonel et ses affreux rejetons portent-ils des masques de cochon ou est-ce l’inverse ? D’ailleurs, est-ce que, comme le suggère le proverbe Auvergnat, “tout est vraiment bon dans le cochon” ? Sur un rythme tendu de batterie lourde, Fabien Bedouel nous entraine dans une nouvelle aventure métallique aux relents de rock sudiste tandis que les accords binaires de la Stratocaster de Pat Perna nous plongent dans un univers surréaliste de thriller fantastique.
 
Date de parution : le 09 juin 2021
Auteurs
: Pat Perna (Scénario) 
Fabien Bedouel (Dessin)
Genre
 : Action
Editeur : Glénat
Prix : 14,95 € (64 pages)
Acheter sur : BDFugue

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Dessin
Plaisir de lecture
Gaël a créé Publik'Art en 2009. Notaire de formation, il est responsable de la rubrique BD et gère l'administration du site (webmaster). Il vit dans le sud de la France d'où il anime le webzine avec les membres de la rédaction, présente sur la majeure partie de l'hexagone : Paris, Bayonne, Montpellier, Lille, Lyon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici