Dégradé, huis clos superbe et alarmant des frères Nasser

Dégradé
Dégradé : Photo Hiam Abbass © Le Pacte

Dégradé, huis clos superbe et alarmant des frères Nasser

A 28 ans seulement les frères Nasser – Arab et Tarzan – réalisent leur premier long-métrage. Dégradé, présenté en avant-première mondiale à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2015, sort en salle le 27 avril prochain.

Le film, un huis-clos dont l’action se situe à Gaza, est construit sur un fait divers survenu en 2007 : l’opération « Libérez le lion ». Une famille mafieuse a volé le lion du zoo de la ville et l’exhibe fièrement, preuve de son insoumission au régime en place, le Hamas. Mais, goûtant peu à l’indocilité de cette famille récalcitrante, le Hamas réplique à cette provocation par une pluie de balles et un bain de sang.
Cette guerre, une parmi tant d’autres dans ce pays ravagé et habitué, éclate en face d’un modeste salon de coiffure où se trouvent 13 femmes. Bloquées ici le temps d’une journée, elles attendent la fin de ce conflit aperçu par un rideau relevé, sans cesser de vivre. Dans cet espace confiné et étouffant, elles peuvent se dévoiler, ôter leur voile et parler librement : une mise à nue vestimentaire et intime. A Gaza, c’est enfermées et dissimulées que les femmes retrouvent un peu de leur liberté.

Elles sont excentriques et singulières avec leurs fêlures, leurs opinions et leurs forces. Christine, émigrée russe, tient le salon, assistée par Wedad, amoureuse tourmentée d’un membre de la famille mafieuse. Salma s’apprête pour son mariage accompagnée d’une mère discrète et malade et d’une belle-mère contrariée. Eftikhar, divorcée, s’accroche à la beauté fuyante de ses années passées. Safia, volubile et droguée, se trouve négligée…

Un film émouvant car sincère (…)

Fortes parce que la vie continue malgré tout. Malgré la chaleur et l’électricité rationnée. Malgré les bombes et les mitraillettes. Parce que confrontées au choc de l’ordinaire et de l’extraordinaire, du quotidien et de la guerre, elles plient sans fléchir. Dans un pays occupé où le présent est dur et les privations nombreuses, ces femmes ne renoncent pas à leur féminité, à leur beauté. Le quotidien l’emporte sur la peur. Comme si continuer à s’apprêter c’était continuer à espérer.Toutes profitent de cet espace de liberté, sans règles et sans voile, pour s’observer, s’exprimer, s’emporter. D’échanges anodins – précieux pour la compréhension des personnages et du contexte – en confrontations, les heures défilent. Mais dans le salon, les tensions s’intensifient en écho à celles du dehors. De ce simple morceau de quotidien volé, presque au hasard, un tableau et une dénonciation se dessinent. Ces femmes sont libres et prisonnières, fortes et vulnérables, indépendantes et subordonnées. Elles sont complexes, multiples. Chacun de leur visage s’esquisse avant de s’effacer par pudeur, par honte, par fierté ou par habitude.

Les frères Nasser dénoncent l’absurdité de l’enfermement, du quotidien et de la vie des femmes à Gaza où ils ont longtemps vécu. Ils le font brillamment mêlant drame et comédie. Un film émouvant car sincère, sans excès de pathétique et ces femmes dynamiques, drôles, surprenantes de vie et d’avis sont gaies. Les scènes et les dialogues s’enchaînent sans qu’on en comprenne toujours l’intérêt, la logique. Il n’y en a pas, les minutes s’égrènent c’est tout. Ce sont des portraits de femmes. Il n’y a pas d’histoire avec péripéties et dénouement. Parce que la violence du dehors est une violence quotidienne et que changer les choses n’est même pas envisagé. Alors le temps passe voilà tout, pas de héros dans ce film.

[vc_text_separator title= »SYNOPSIS ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]


DégradéLe film est présenté en Compétition à la Semaine de la Critique.Une famille mafieuse a volé le lion du zoo de Gaza et le Hamas décide de lui régler son compte ! Prises au piège par l’affrontement armé, treize femmes se retrouvent coincées dans le petit salon de coiffure de Christine. Ce lieu de détente devenu survolté le temps d’un après-midi va voir se confronter des personnalités étonnantes et hautes en couleur, de tous âges et de toutes catégories sociales…

Sortie : le 27 avril 2016
Durée : 1h23
Réalisateur : Arab Nasser, Tarzan Nasser
Avec : Hiam Abbass, Victoria Balitska, Manal Awad
Genre : Comédie dramatique

[vc_text_separator title= »BANDE ANNONCE » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Réalisation
Jeu des acteurs
Fraîchement débarquée sur Publik'art en cette année 2016, Olivia goûte bien trop la littérature, le cinéma et le théâtre ... bref la culture ! pour ne pas s'en mêler par la plume. Ainsi elle vous livre ses analyses sans oublier au passage de saluer bien bas chaque artiste que la critique soit bonne ou mauvaise.
Dégradé, huis clos superbe et alarmant des frères Nasser A 28 ans seulement les frères Nasser - Arab et Tarzan - réalisent leur premier long-métrage. Dégradé, présenté en avant-première mondiale à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2015, sort en salle le 27 avril...degrade-huis-clos-superbe-et-alarmant-des-freres-nasser

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici