Le duo choc et méchamment drôle de Catherine Hiegel et Tania Torrens

Le duo choc et méchamment drôle de Catherine Hiegel et Tania Torrens
© La nostalgie des blattes / crédit photo Giovanni Cittadini Cesi

Le duo choc et méchamment drôle de Catherine Hiegel et Tania Torrens

Dans un monde débarrassé de toute imperfection, où plus personne n’ose se laisser vieillir naturellement, deux vieilles peaux que tout oppose refusent ce simulacre et se livrent à une diablerie sans merci. Jubilatoire.

Les deux femmes sont assises face au vide. Elles attendent que quelqu’un vienne. Mais personne ne se montre. Alors elles s’écharpent furieusement comme pour habiter cette frustration.

Dans ce match à la vieillesse où les mots cognent sans vergogne, c’est à celle qui apparaîtra la plus âgée : taches sur les mains passées au crible, rides au front, paupières tombantes ou encore la plus décatie : l’une (Tania Torrens) prétendant qu’elle est atteinte de Parkinson, se met à trembler d’un seul coup, tandis que l’autre, une ancienne prostituée (Catherine Hiegel), surjoue un Alzheimer.

Guerrières vachardes donc aux prises avec un univers glaçant et aseptisé, elles sont les dernières résistantes qui refusent l’hygiénisme et les subterfuges d’une société déshumanisée où des drones de surveillances fustigent l’espace et que rôde tout alentour, une brigade sanitaire.

Prisonnières immobiles, elles exhibent leurs corps lourds et leurs visages marqués à l’instar des monstres de foire tout droit sortis d’une fête foraine mais complètement désertée car les vieux n’intéressent plus.

Humour noir

L’écriture singulière de Pierre Notte, aux tournures incisives et lapidaires mais aussi surréalistes, instaure un dialogue aussi mordant que loufoque. A l’abri d’un l’humour caustique et décalé, le récit millimétré laisse entrevoir un futur dystopique.

Catherine Hiegel et Tania Torrens forment un duo détonant. Elles incarnent avec force et humanité, ce refus à la tyrannie du jeunisme et au conformisme ambiant.

INFOS

Dates : du 5 septembre au 8 octobre 2017 l Lieu Théâtre du Rond-Point (Paris)
Metteur en scène : Pierre Notte l Avec : Catherine Hiegel et Tania Torrens

Note
Originalité
Scénographie
Mise en scène
Jeu des acteurs
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here