Most recent articles by:

Amaury Jacquet

Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

« L’Argent de la vieille » les rend tous fous !

"L'Argent de la vieille" les rend tous fous ! Après avoir interprété Joan Crawford dans une évocation de sa rivalité légendaire avec Bette Davis (Michel...

« Le ciel de Nantes » ou l’art et la manière de Christophe Honoré pour raconter sa famille

Il y a 20 ans déjà, Christophe Honoré s’était lancé dans l’écriture d’un long-métrage sur sa famille, qui n’avait pas abouti. Trop vampirique sans doute cette branche maternelle issue de la classe populaire. Aujourd’hui, dans une salle de cinéma d’une autre époque, là où la scène devient le lieu magnifique d’un film impossible, porté par un art scénique et une désinvolture qui n’appartiennent qu’à lui, Christophe Honoré convoque les siens pour raconter et chanter leur histoire. Il mêle théâtre et cinéma qui focalisent l’emprise du temps et sa distanciation entre réel et fiction, offrant une voix décomplexée et intense à sept membres emblématiques de cette lignée (sur trois générations) que les drames personnels mais aussi l’Histoire n’ont pas épargnée.

« James Brown mettait des bigoudis » : la tragédie drôle et piquante de Yasmina Reza  

Yasmina Reza n’a pas son pareil pour distiller les situations incongrues qui font tomber les masques, exploser les certitudes et exacerber les manques. Des personnages perdus, fragiles, désinvoltes, se débattent avec leur conditionnement social et ses travers, poussés dans leurs derniers retranchements ou chacun se confronte au masque de la comédie humaine, à sa solitude, à son vide existentiel mais aussi à sa rébellion sous-jacente et singulière qui les rendent tous attachants.

Catherine Frot et Michel Fau, un duo d’enfer !

Catherine Frot et Michel Fau se retrouvent sur scène, sept ans après le succès de Fleur de Cactus (qui avait valu à l'actrice le Molière de la comédienne dans une pièce de théâtre privé). Ils interprètent ici un couple gratiné de l’après-guerre, pétri de préjugés, dont la vie bourgeoise et stricte va être déréglée par des évènements inattendus. Un réjouissement ! On connait la passion de Fau pour le théâtre d’André Roussin qui offre une peinture acide de la bourgeoisie française et de la folie humaine à travers des personnages d’une mauvaise incomparable qui se débattent sans merci avec leur petitesse et leur monstruosité.

« Nom » de Constance Debré : une sensibilité écorchée sur scène

"Avec n’importe quels parents j’aurais écrit le même livre. Avec n’importe quelle enfance. Avec n’importe quel nom. Je raconterai toujours la même chose. Qu’il faut se barrer. De n’importe où et n’importe comment [...] Possible que les temps qui viennent détruisent les vieilles structures, les familles, le couple, l’amour, le travail, tout ce qu’on a appris..." Ces mots sont ceux de de Constance Debré, issus de son troisième livre "Nom" (Flammarion, 2022), dont le texte est adapté pour la première fois au théâtre.

Le Malade Imaginaire plus actuel que jamais sous le regard affûté de Tigran Mekhitarian 

Comme pour son adaptation des Fourberies de Scapin, Tigran Mekhitarian a choisi de transposer son Malade Imaginaire, à notre époque. Dans cette appropriation singulière de la langue moliéresque, Tigran Mekhitarian conserve le texte original, mais l’enrichi de séquences personnelles toujours justes (chant, danse, rap) et d’un phrasé nerveux, qui l’ancre pleinement dans l’aujourd’hui et au plus près de son humanité : une réussite.

« Showgirl » : l’envers du décor au théâtre de la Bastille

En mon­trant de façon fron­tale et criarde le ver­sant le plus abject du "rêve amé­ri­cain", Paul Verhoe­ven jetait un pavé dans la mare hol­ly­woo­dienne, dont la pre­mière vic­time fût Eli­sa­beth Berk­ley, cou­ra­geuse inter­prète d’un d’un film qui devait mettre en péril la suite de sa car­rière. C’est ce double mou­ve­ment que sai­sissent Mar­lène Sal­da­na et Jona­than Drillet dans ce show aussi improbable et qu'explosif où le scé­na­rio d’un film et le tra­jet d’une actrice se répondent en une triste et implacable iro­nie.

Notre Sélection