Economie du bien commun de Jean Tirole : comprendre aujourd’hui pour changer demain (éd. PUF)

Jean Tirole prix Nobel Economie du bien commun
Jean Tirole copyright L’Express

Economie du bien commun de Jean Tirole, comprendre aujourd’hui pour changer demain (éd. PUF)

Entendons-nous, ce livre est un pavé.  Plus de six cents pages de descriptions et d’explications de notre système économique. Aucun thème majeur n’est épargné : chômage, finance, climat, Union européenne, révolution numérique… A la seule lumière de son travail, de celui de ses collègues et de ses connaissances, Jean Tirole éclaire notre système et ces défaillances. Et des défaillances, il n’en manque pas. Pourtant peu porté au pessimisme, il y a « de fortes raisons de s’inquiéter » avoue l’économiste émérite. Sans fatalité, il sonne le tocsin.

Un livre dense à la hauteur de l’urgence

Jean Tirole a le souci de demain et veut nous le transmettre. Un sacré défi au vu de la taille de l’ouvrage et de la difficulté des sujets abordés. Les politiques et les médias ont tendance à nous faire oublier la complexité du réel. Economie du bien commun nous y confronte directement, et si tant est qu’on arrive au bout, c’est une claque qu’on se prend. Oui mais justement, tourner les pages jusqu’à la dernière n’est pas une mince affaire. Ce livre est comme un repas de Noël : tout semble appétissant et pourtant, vient un moment où on saute des plats. Il y en a trop, il faut choisir pour ne pas souffrir l’indigestion.

Ici, il s’agit bien sûr d’indigestion intellectuelle car passer de l’avenir de l’Union Européenne à la fin de notre planète si la température ne baisse pas… C’est exténuant ! Mais notre prix Nobel d’économie 2014 s’en doutait. Ainsi, chaque chapitre (au nombre de dix-sept) est autonome et il vous suffit de vous rendre à celui qui vous attirera en fonction de vos préoccupations. Alors, la prochaine fois qu’une réforme du chômage se dessine, allez donc au chapitre neuf et voyez ce qu’en dit le président de la Toulouse School of Economics (TSE) car ses paroles sont censées et argumentées.

Climat, chômage et avenir européen… rien que ça

Après avoir réhabilité le rôle et le travail des économistes, il s’attaque à la partie dure, à des thèmes pressants qui nous concernent tous même si nous préférons souvent faire l’autruche. Pour préserver la terre, il appelle à un accord unique et global capable de restreindre les hausses de température. Seule solution, selon lui, à la hauteur de l’enjeu.

Son diagnostic européen n’est pas beaucoup plus reluisant. En panne, l’UE nécessiterait plus de fédéralisme alors que les temps sont aux populismes. A l’échelle nationale enfin, il dresse un portrait alarmant de notre marché du travail. Ses mots heurtent. Demain s’annonce mal. L’espoir se situe dans de futures réformes qu’il souhaite, que nous souhaitons, que toute la France souhaite et que pourtant, nous ne mettons pas en œuvre. Nous sommes un vieux pays qui vit sur les restes de sa puissance d’antan mais qui ne mise pas assez sur l’avenir semble-t-il nous dire en filigrane.

Chômage en France Chaunu
Dessin de Chaunu

 

Demain, c’est aujourd’hui

Jean Tirole détecte, analyse, aiguille

Dans les derniers chapitres, Jean Tirole nous prépare à demain. Celui de la révolution numérique, du bouleversement de nos modes de travail et d’échanges. Les défis sociétaux à venir sont immenses et il nous les expose pour mieux nous armer. L’information est notre arme. Car l’information, dans cette économie de la connaissance, est une nécessité pour ne pas se tromper de chemin. Surtout ne pas refuser de savoir, ne pas se voiler la face.

Jean Tirole détecte, analyse et aiguille. Ce cerveau brillant a tenté de rendre accessible à tous le sort de la France et du monde. De sa belle écriture, il nous déroule le fil de sa pensée et de ses inquiétudes. Beaucoup de passages resteront obscurs et mériteraient une deuxième relecture. Plus tard, peut-être. C’est trop. Plus tard, sûrement car une fois le livre rangé, ne risquons-nous pas d’en oublier les enseignements ?

Motif d’indignation et d’une volonté de changement, Economie du bien commun est une lecture nécessaire pour gagner en acuité et en compréhension du monde économique.  Un ouvrage à garder en mémoire pour ne plus se laisser berner par des discours trop simplistes. Mais pour l’entamer, il faut un esprit alerte et motivé car il requiert toute notre attention. Et il n’est pas exclu que vous en sortiez avec quelques mots de tête !

[vc_text_separator title=”RESUME DE L’EDITEUR ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Economie du bien commun Jean TiroleAvec ce premier livre en français destiné à un large public, le prix Nobel d’économie 2014 nous invite à partager sa passion pour cette discipline. Il défend une certaine vision de l’économie, science qui croise la théorie et les faits au service du bien commun, et de l’économiste, chercheur et homme de terrain. C’est dire que le lecteur pénètre dans l’atelier d’un économiste et voyage à travers les sujets affectant notre quotidien : économie numérique, innovation, chômage, changement climatique, Europe, État, finance, marché… En dressant un panorama des grandes problématiques de l’économie d’aujourd’hui, Jean Tirole nous fait entrer au cœur des théories dont il est le père.

Date de parution : le 11 mai 2016
Auteur :
Editeur : Presses Universitaires de France (PUF)
Prix : 18 € (640 pages)
Acheter sur : Amazon

Note
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Transmission de connaissances
Olivia Bugault
Fraîchement débarquée sur Publik'art en cette année 2016, Olivia goûte bien trop la littérature, le cinéma et le théâtre ... bref la culture ! pour ne pas s'en mêler par la plume. Ainsi elle vous livre ses analyses sans oublier au passage de saluer bien bas chaque artiste que la critique soit bonne ou mauvaise.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here