Entrez et fermez la porte, au Ciné XII, mise en scène par Marie (Raphaële) Billetdoux

Entrez et fermez la porte affiche

Elles sont jeunes, elles sont fragiles, et elles ne veulent qu’une chose : connaitre un jour leur heure de gloire.

11 jeunes filles vont connaître les minutes les plus décisives de leur vie. Elles attendent leur tour, dans la salle d’attente d’un studio de cinéma, où elles passent l’audition pour le premier rôle dans le film d’un célèbre réalisateur. Ce réalisateur, dans la pièce, est une voix (celle de Jacques Higelin). Une voix qui leur souffle « Entrez, et fermez la porte ».  Une voix qui va mettre au jour leurs faiblesses et leurs doutes, leurs peurs et leurs désirs. Elles ont entre 16 et 20 ans, certaines sont enfermées dans une enfance qui leur pèse, d’autres esquissent un désir de fuir le cocon familial. Et quelque part, les yeux brillants, elles attendent toutes que cette voix mystérieuse orchestre leur avenir sur la scène de la vie.

© François Vila
© François Vila

Parmi elles, il y a Barbara la rebelle (jouée par Margaux Vallé), Julie l’inhibée (Léa Dauvergne), Edith la brisée (Jeanne Monot), Rachel l’anxieuse (Armelle Abibou)  ou encore Nina la fille d’artiste (Aurélie Noblesse). Il y a aussi la surdouée, l’amoureuse, la jeune maman en plein désarroi… Une par une, elles passent sous les projecteurs et se prennent au jeu d’un metteur en scène à la dureté sans égal. Ce n’est pas un acte du Cid ou une tragédie Shakespearienne qu’il leur demande de jouer, mais une véritable mise à nue de leur vie et leurs secrets. Et à travers ces multiples visages qui se succèdent dans la salle d’audition, on traverse les douleurs de l’adolescence, la naïveté des premières histoires d’amour et en même temps la maturité naissante de l’entrée dans la vie d’adulte.

© François Vila
© François Vila

Si le sujet peut sembler simpliste (l’adolescence, la jeunesse, le désir de gloire), il est abordé de manière à la fois profonde et délicate. On se laisse transporter par l’émotion et l’empathie que dégagent ces jeunes filles pleines de vie et d’espoir.

La puissance de cette pièce prend tout son sens lorsqu’on découvre que c’est aussi une sorte de biographie pour l’auteur, Marie (Raphaële) Billetdoux, qui dit elle même « être passée par ces états successifs, des plus fugitifs aux plus alarmants : manger trop, ne plus manger que des pommes, refuser de parler, se balancer la nuit au-dessus du vide… ». Et d’ajouter très justement que :

 « Nous sommes tous des rescapés de cet état transitoire un peu atroce »

Adaptée du roman éponyme de Marie Billetdoux sorti en 1991, la pièce Entrez et fermez la porte est aussi une réflexion sur la frontière entre la femme et l’actrice, l’être humain et l’objet.  Alors entrez, la porte est ouverte.

 

Entrez et fermez la porte
Ciné XIII Théâtre
1, avenue Junot 75018
Jusqu’au 30 mars
Du mercredi au samedi à 20h
Samedi et dimanche à 17h
www.cine13-theatre.com

Charlotte Henry
Théâtrophile, je prends un malin plaisir à dénicher de petites merveilles dans les salles parisiennes. J'aime aussi la politique et les chats, mais ça, c'est une autre histoire...

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here