Expérimenter, film laboratoire de Michael Almerevda 

Experimenter
Expérimenter : Photo Winona Ryder © Septième Factory

Expérimenter, film laboratoire de Michael Almerevda

Ce n’est pas grâce à Expérimenter que Stanley Milgram restera à jamais à la postérité. C’est surtout pour son expérience prouvant par l’exemple les mécanismes de la soumission à l’autorité, autrement connue sous le nom d’Expérience de Milgram.

Profondément controversée et à la limite de l’immoralité, elle démontre que le tout à chacun peut suivre sans rechigner des directives aboutissant à la souffrance d’autrui. De quoi creuser la compréhension des mécanismes menant aux tragédies génocidaires et la négation par tant de quidams de l’être humain. Mais Milgram eut aussi une existence, éclairée par le réalisateur Michael Almerevda dans ce biopic oscillant entre drame et documentaire.

Considéré comme un des psychologues les plus importants du 20e siècle, Stanley Milgram a sans cesse expérimenté la validité pratique de théories jusque là réfutées ou acceptées par la seule force de la pensée avec les biais que l’on imagine. Ainsi, il était communément admis qu’un être humain normal n’accepterait jamais de faire du mal à son prochain sans raison valable et sans motif de haine, de coercition ou de représailles. Peut être faut-il être soi-même mentalement déviant ou masochiste pour imaginer une expérience mettant à mal ce postulat. Interprété par le placide et débonnaire Peter Sarsgaard, Stanley Milgram agit avec les humains comme avec des souris blanches. Sans enthousiasme ni pulsion sadique apparente, il observe et prend des notes. Pour des conclusions révolutionnaires.

Imaginez deux individus rémunérés pour participer à une expérience. L’un d’eux est choisi comme enseignant, le second comme élève. Le premier doit vérifier la bonne mémorisation par le second d’associations de mots simples. Pour toute réponse erronée, le premier doit envoyer des décharges électriques croissantes au second, de 5 à 450 volts. Un homme en blouse blanche supervise l’expérience et doit vérifier l’exacte application par les 2 cobayes du protocole de l’expérience : pas de contacts physiques, l’enseignant doit seul parler à l’élève via un micro, l’élève ne doit pas communiquer avec l’enseignant. L’objectif avoué de l’expérience est de vérifier la correcte mémorisation par l’élève des associations de mots et l’impact des décharges électriques sur ses capacités de mémorisation.

Réflexion passionnante et même crispante.

Là où les penseurs assènent avec un ton péremptoire qu’aucun être humain n’infligerait de souffrance à son prochain sans motif valable, Milgram observe qu’entre 60 et 80% des enseignants de l’expérience vont jusqu’à 450 volts pour suivre le protocole. En maugréant et en rechignant devant les cris de souffrance entendus à travers la paroi les séparant de l’élève cobaye, mais en appliquant tout de même le protocole de l’expérience jusqu’au bout. La controverse soulevée par le film est simple : cette expérience est-elle simplement cruelle ou vicieuse ou prouve-t-elle l’aveuglement de l’être humain lambda et par là même sa soumission totale à une autorité ? Enseignée depuis à la grande majorité des étudiants du monde entier, l’expérience a vu la publication de ses résultats contestée et a essuyé une levée de boucliers sans précédent. Chacun peut juger si l’expérience introduit un biais, l’enseignant étant sciemment trompé sur l’objectif réel de l’expérience. Ce biais est-il simplement trompeur ou bien révélateur ?

Réflexion passionnante et même crispante. Car elle amène à se poser la question pour son cas personnel. Serais-je moi-même trompé sur les objectifs réels de l’expérience ? Infligerais-je des décharges de 450 volts potentiellement mortelles à un autre être humain ? Milgram a défrayé la chronique et Peter Sarsgaard prête ses traits joviaux mais figés à un Stanley Milgram bloqué professionnellement par la controverse. Son épouse est jouée par Wynona Rider, dévouée et flegmatique comme un bloc de ciment. D’autres expériences sont montrées à l’écran celle celle du « Petit monde« , démontrant par l’exemple que tout être humain n’est pas à plus de 5 ou 6 personnes de distance de n’importe quelle autre personne dans le monde.

Dans Expérimenter, Peter Sarsgaard prend à témoin le spectateur en s’adressant directement à lui, le mettant dans la confidence et le prenant donc à témoin de ses objectifs expérimentaux réels. Les décors sont bien souvent factices, comme sur une scène de théâtre, l’important se constituant des acteurs au premier plan et non pas au contexte. Le film devient une pièce de theatre, ou une salle de laboratoire. Film somme toute intéressant et sans prétention mais qui pose la question qui tue : Milgram n’a-t-il pas outrepassé ses prérogatives scientifiques en forçant des cobayes à causer des souffrances ? Quelle est la différence entre lui et un docteur Mabuse disséquant ses patients vivants ? L’intérêt scientifique justifie-t-il toutes les extrémités ? Passionnantes questions auxquelles je vous laisserai répondre…

[vc_text_separator title= »SYNOPSIS ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]


ExperimenterEn 1961, à l’Université de Yale, le professeur de psychologie Stanley Milgram conduit une expérience sur la question de la soumission à l’autorité qui deviendra la célèbre « Expérience de Milgram ». Très vite les résultats de ses recherches et les méthodes employées dérangent et déclenchent une vive polémique. Dénigré par certains,admiré par d’autres, le scientifique affronte la tourmente.

Sortie : le 27 janvier 2016
Durée : 1h37
Réalisateur : Michael Almereyda
Avec :  Peter Sarsgaard, Winona Ryder, Jim Gaffigan
Genre : Biopic, Drame

[vc_text_separator title= »BANDE ANNONCE » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici