Fanny Ardant : un diamant brut dans Hiroshima mon amour

Fanny Ardant : un diamant brut dans Hiroshima mon amour

L’œuvre de Duras est traversée par une nécessité de se raconter et de se dissimuler. Elle est à la fois inspirée par la sublimation et le témoignage d’une mémoire sélective, filtrée, remodelée par l’érosion du temps. Dans son théâtre, autant que dans ses romans, l’écrivain ne cesse de retravailler les événements qui l’ont marqué et d’en réinventer les traumatismes.

Hiroshima mon amour est ici l’adaptation théâtrale du scénario écrit par Marguerite Duras pour le film d’Alain Resnais sorti en 1959. L’histoire d’une actrice française qui tourne à Hiroshima un film sur la paix et s’éprend d’un Japonais.

Cette femme, qui redécouvre l’amour, veut oublier son passé sans pour autant y parvenir. Ainsi son amant, qui à travers sa propre histoire cristallise la tragédie d’Hiroshima, libère la parole de son amante en lui posant des questions et qui, sur scène, s’opère à travers la voix de Gérard Depardieu. Celle-ci évoque alors son passé. Elle avait 18 ans à Nevers en 1944. Le jeune Bavarois qu’elle aimait fut abattu par les combattants du maquis. Elle fut tondue et ses parents la cachèrent dans une cave.

Dans cette douloureuse quête de la mémoire, cette lutte à la fois pour et contre l’oubli, la réalité et le temps de l’histoire se décomposent, se fragmentent, se morcellent, sous l’emprise envoûtante du défi irréductible de l’amour.

Comme un long poème

Deux histoires d’amour, deux lieux (Hiroshima et Nevers) et deux espaces temps donc qui s’entremêlent avec en contrepoint l’histoire individuelle qui rejoint l’histoire collective.

De cette traversée, aux fulgurances de cendre où se questionnent le désir et la folie des hommes, formée essentiellement de dialogues, il en ressort ce va et vient proprement durassien entre la tragédie de l’amour et de la guerre, l’oubli et le souvenir enfoui, l’ici et l’ailleurs remémoré.

Tu n’as rien vu à Hiroshima”, dit-il. “J’ai tout vu. Tout”, dit-elle. Les voix et les mots sont inoubliables. Rendus incandescents par la voix rauque et sourde, fluide et sans nulle affectation, aux inflexions éperdues ou suspendues de Fanny Ardant, magistrale, tandis que celle, sensuelle et chaude en voix-off de Gérard Depardieu, lui donne la réplique.

D’une intériorité aussi brûlante que rebelle à la présence habitée, Fanny Ardant, tel un diamant brut, impressionne de maîtrise et d’incarnation. Et transcende la parole durasienne aux prises avec la tragédie dont le flux dramaturgique s’entrechoque et se déploie sans pareil dans une mise en scène sobre, à la partition musicale des mots et de quelques notes de hautbois. Bravo !

INFOS

Dates : du 18 au 31 décembre 2018 l Lieu Au Théâtre de l’Atelier (Paris)
Metteur en scène : Bertrand Marcos l Avec : Fanny Ardant

Note
Originalité
Scénographie
Mise en scène
Jeu de l'actrice
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here