iranien, un film documentaire de Mehran Tamadon

099330

iranien

Ce film, iranien, est un documentaire sur la vie en Iran. Aujourd’hui.

Le réalisateur Mehran Tamadon, qui vit habituellement en France, réunit sous le même toit, en Iran, quatre mollahs et lui-même qui est complètement athée. Et son objectif est de trouver des concessions pour bien vivre ensemble durant deux jours et une nuit, sous le même toit, en Iran, et partager un espace commun laïc, neutre. Comment « vivre ensemble » ?

Analyse fine de la République islamique face à la laïcité.

Date de sortie : 3 décembre 2014

Durée : 1h45

Avec : Mehran Tamadon

Synopsis du film :

Iranien athée, le réalisateur Mehran Tamadon a réussi à convaincre quatre mollahs, partisans de la République Islamique d’Iran, de venir habiter et discuter avec lui pendant deux jours. Dans ce huis clos, les débats se mêlent à la vie quotidienne pour faire émerger sans cesse cette question : comment vivre ensemble lorsque l’appréhension du monde des uns et des autres est si opposée ?

451807.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

iranien

 

“Je suis iranien et athée. Mais je n’ai pas de place en Iran. Pourquoi ?” Voilà la question fondamentale que pose le réalisateur, également acteur, Mehran Tamadon, aux quatre mollahs qui ont bien voulu participer à ce film, iranien, en tachant d’y répondre avec le plus de sincérité possible.

Les mollahs sont venus avec leur famille. On ne fera qu’entrapercevoir une femme, les autres se cachent. Mais les enfants circulent facilement devant la caméra. Les femmes seront les grandes absentes du débat et beaucoup de discussions porteront sur elles…

Les arguments des uns et des autres s’enchaînent, souvent avec beaucoup d’humour. Chacun garde ses positions, et aucune souplesse n’est à attendre des mollahs. Tamadon, lui, garde patience et s’évertue à expliquer ce qu’est un endroit laïc, sans aucun succès. Mais il est écouté. Et respecté, de même qu’il écoute ses interlocuteurs et les respectent. Il va même jusqu’à faire la prière avec eux alors qu’il est athée.

Beaucoup de sujets capitaux de société sont abordés, avec patience de la part du réalisateur qui a usé de tactiques différentes pour faire passer son message de façon ludique, photos, jeux, dessins…

Beaucoup d’échanges verbaux, et beaucoup d’humanité ressort de ce film, grâce à l’excellente réalisation de ce film, Iranien.

Finalement, on en ressort épuisé, fatigué et voire même quelque peu dépressif. On se rend compte à quel point, toute tolérance est impossible de leur part. Ils ont raison et les autres, les athées sont impies, quoiqu’ils disent ou fassent.

Pas d’agressivité, beaucoup de bonne volonté de la part du réalisateur, mais au final, guère de résultats!

448760.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

iranien

 

Mais pour le réalisateur le fait d’avoir réussi à faire son film était déjà une réussite en soi. Sans la participation de ces mollahs, pas de film possible. Or, il a eu un mal fou à trouver quatre personnes qui acceptent d’être filmées. Et tous sont restés jusqu’au bout. Pas de clash. Pas d’insulte, pas de porte qui claque…

Quant au spectateur, il a fortement envie de soutenir Tamadon et de ruer dans les brancards. Il a bien du mal, en tout cas, à garder son calme et son silence ! Peut-être ne serait-il pas aussi tolérant que ça !

Tamadon, à la suite de la réalisation de ce film, a été « séquestré «  en Iran, sans pouvoir rejoindre sa famille en France. Il a récupéré ses passeports au bout d’un long mois et il est aujourd’hui interdit de séjour en Iran où réside sa mère. C’est un film qui lui coûte cher.

iranien : très belle leçon de vie, très belle leçon de philosophie. Le pouvoir de l’homme réside dans le pouvoir des mots…

A voir et à méditer…

Bande annonce iranien :

Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here