Karim (Lee) Duval, “Melting Pot” au Théâtre Les Feux de la rampe

Karim Duval Melting Pot

Karim Duval présente son seul-en-scène « Melting Pot » mis en scène par Léon Vitale, tous les mardis soirs au Théâtre les Feux de la Rampe, jusqu’au 10 juin. Un cocktail explosif et hilarant.

Il s’appelle Karim Duval, et c’est vrai. Avec ses origines chinoises, marocaines et françaises, Karim Duval est une véritable « publicité Benetton à lui tout seul ». D’un métissage improbable, il signe un prodigieux spectacle mariant l’humour à l’extravagance.

[pull_quote_right]Je suis français quand on parle de biathlon, chinois quand on parle d’économie et d’avenir. Et… marocain.[/pull_quote_right]Né d’une mère chinoise et d’un père franco-berbère, Karim Duval grandit à Fès où il sera bercé par la musique et les voyages. Il intègre ensuite l’école Centrale Paris et exerce pendant quelques années le métier d’ingénieur, avant de plaquer la raison au profit de la passion : le théâtre et l’écriture. Auteur, humoriste et comédien, cette figure montante de l’imitation et de l’humour a plus d’un sketch dans sa poche. Et l’intégralité de son spectacle est un véritable délice sucré-salé : il se découvre avec surprise, se déguste avec malice, s’apprécie avec douceur.

Et c’est d’ailleurs à un carambar que l’artiste se compare : jaune à l’extérieur, bronzé à l’intérieur… « Et qui fait des blagues pourries en français ». Au gré d’un seul-en-scène mêlant la subtilité à la légèreté, Karim Duval campe une multitude de personnages aux origines aussi variées que les sujets de ses scénettes. Car ce franco-sino-marocain manie les accents à la perfection, il voyage du marocain à l’africain, de l’espagnol au chinois, de Vincent Delerm (rebaptisé « Vincent Lederme ») à Grand Corps Malade. Même du silence (4min33 de vide et de rien), il extirpe des éclats de rire. Son originalité réside à la fois dans son métissage atypique et son interprétation hors du commun. On se laisse rapidement emporter dans son voyage à travers les cultures, du Détroit de Gibraltar à l’huis clos d’une salle de musique. Sans tomber dans le cliché, Karim Duval nous livre une vision du monde, celle d’un garçon hybride de cultures qui n’a jamais connu le racisme parce que finalement, il vient de partout et de nulle part à la fois. Chacune de ses interprétations respire la sincérité et témoigne d’une démarche autobiographique : ce sont parfois des scènes anecdotiques (le témoignage d’un ami sur les femmes, les folies d’un professeur de musique, les blagues improbables d’un restaurateur chinois…) parfois des épisodes abritant une vérité beaucoup plus rude. C’est ainsi qu’il raconte, avec un humour sans faille, ce qu’il appelle les « J.O de Gibraltar » révélant la dure réalité de l’immigration clandestine, du rêve Européen et de la traversée du détroit…[pull_quote_center]Quand je dis que je m’appelle Karim Duval, on me demande… “Pourquoi ?”[/pull_quote_center]

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=6bPIvei84K4&w=560&h=315]

 « Melting Pot » est un spectacle aussi coloré qu’intelligent, aussi drôle que délicat. Le succès de la tournée du one man show en 2012-2013 confirme bien la montée de ce jeune acteur de la scène humoristique, repéré par la production de France 2 et couronné par de nombreux prix. En 2013, il reçoit notamment le Prix du Public du festival les Andain’ries et termine finaliste au Printemps du Rire de Toulouse.

Le spectacle joue tous les mardis soirs aux Feux de la Rampe à Paris. Karim Duval sera également au rendez-vous du Festival d’Avignon cette année, tous les jours à midi au Théâtre Le Palace, du 4 au 27 juillet.

« Melting Pot » de Karim Duval
Théâtre Les Feux de la Rampe

Tous les mardis 21h30
Jusqu’au 10 juin

http://www.karimduval.com/

 [youtube http://www.youtube.com/watch?v=a4VRL-rIQjU&w=560&h=315]

Charlotte Henry
Théâtrophile, je prends un malin plaisir à dénicher de petites merveilles dans les salles parisiennes. J'aime aussi la politique et les chats, mais ça, c'est une autre histoire...

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here