Kings of War : le couronnement d’Ivo van Hove

Kings of War : le courronement de Ivo van Hove

Html code here! Replace this with any non empty text and that's it.

Kings of War : le couronnement d’Ivo van Hove

Kings of War est une compilation d’Henri V, Henri VI et Richard III de William Shakespeare où à travers leurs destins respectifs, Ivo van Hove scrute leur leadership confronté à une instabilité politique et de guerre. Et nous offre une puissante immersion au coeur du pouvoir guidé par le tempérament de ces trois gouvernants et la conception qu’ils se fond de leur règne, différente en fonction de leur caractère, ambition ou influence politique, et de la réalité d’un royaume noyauté par les intrigues, rébellions et machinations de toutes sortes.

Le tout est servi par une mise en scène magistrale au geste éblouissant où se rejoignent à l’unisson la forme, le fond et des acteurs virtuoses.

Avec Henri V, nous suivons un roi inexpérimenté qui après une jeunesse mouvementée et une accession précoce au trône, s’impose comme un visionnaire capable d’allier flair et intuition politique, et trouve son destin dans la guerre contre la France.

[…] une mise en scène magistrale au geste éblouissant […]

Il réussit non seulement à conserver la fidélité des anglais en temps de guerre, mais aussi à faire preuve de respect dans son rapport à l’ennemi. Car pour lui, la monarchie est une mission, son leadership un modèle de responsabilité.

Lorsque Henri VI lui succède, contrairement à son père, il est un monarque dépourvu de sens politique qui ne perçoit pas les intérêts divergents de la cour d’Angleterre. Animé par une foi chrétienne profonde, il entend régner selon les normes et les valeurs morales les plus hautes mais son personnage laisse clairement transparaître qu’un idéal noble ne garantit pas un règne stable et conquérant. En l’absence de charisme, il devient très vite le pantin de sa femme Margareta et des différentes factions de la cour qui réclament toujours davantage de pouvoir. Dépourvu de l’instinct du survivant et de l’ambition du politicien puissant, il se laisse évincer du trône avant d’être assassiné.

Kings of War : le couronnement de Ivo van Hove

Richard III, enfin, est l’incarnation du mal absolu. Il détruit sans scrupules la paix fragile issue de la guerre des Deux-Roses. Mégalomane, son seul but est d’assurer son pouvoir à n’importe quel prix. Le traumatisme de l’absence d’amour et le désir ardent de reconnaissance motivent toutes les visées de ce grand manipulateur et assassin. La monarchie en tant que mission étant évacuée, tout comme les hautes valeurs morales d’Henri VI. S’affirme seule la monarchie comme jugement d’une dette extraordinaire où Richard III veut faire payer le monde pour l’injustice qui lui a été faite.

Ces “rois de guerre”, comme les appelle Ivo van Hove, sont dépeints jusque dans leur intimité. Hommes de chair et de sang saisis dans les soubresauts d’une histoire pleine de bruit et de fureur, ils affrontent sous une pression extrême des situations de crise qui révèlent alors la part d’ombre qui sommeille en eux ainsi que l’enjeu poursuivi entre intérêt national et vanité personnelle.

L’intrigue, construite comme une série TV, ne faiblit jamais et déploie sur scène un dispositif inventif et ingénieux : 14 comédiens, un contre-ténor, 5 musiciens et une utilisation ­efficace de la vidéo, avec gros plans et montages cinématographiques qui accompagnent méthodiquement le sacre, le règne et la chute des souverains.

[…] l’intrigue ne faiblit jamais […]

Le décor s’apparente à un bunker qui constitue le centre de commandement où se prennent les décisions royales, mais où se superposent en vidéos sur un écran des couloirs labyrinthiques qui représentent la face cachée du pouvoir. Des images défilent et témoignent en direct des renversement d’alliances, des trahisons, des compromissions, des meurtres sur fond d’opportunisme et de rivalité pour le trône.

Shakespeare nous livre le chaos du monde où l’ordre suprême régi par le divin fait place à un dessein individualiste porteur de toutes les convoitises, les manipulations et de tous les reniements que restitue avec force et synergie ce portrait croisé des trois hommes.

Scène finale saisissante qui voit un Richard III plongé dans le noir, dépossédé de toute emprise, seul face aux fantômes de ses victimes qui reviennent à jamais le hanter.


bande-annonce MK2 Kings of War 2 par Theatre_de_Chaillot

Dates : du 22 au 31 janvier 2016 l Lieu Théâtre National de Chaillot (Paris)
Metteur en scène : Ivo van Hove

Note
Originalité
Scénographie
Mise en scène
Jeu des acteurs
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here