Bref, on a vu Kyan Khojandi

kyankhoandieuropeenLes Pulsions de Kyan Khojandi

Kyan Khojandi, aussi connu sous le nom “le mec de bref”, signe ici non pas son premier mais bien son deuxième spectacle. En réalité, le premier après avoir fait un carton dans le Grand Journal de Canal Plus avec son shortcom Bref, qui racontait en trois minutes et avec humour les déboires d’un trentenaire parisien. Au théâtre l’Européen à Paris jusqu’au 28 mai, l’humoriste d’origine iranienne (que l’on peut également voir en ce moment au cinéma dans Rosalie Blum de Julien Rappeneau) fait salle comble avec son spectacle Pulsions.

Tout commence un peu péniblement, avec quelques premiers sketchs obsolètes et dont la vulgarité n’apporte pas grand chose : un topo sur la masturbation et sur les relations de couple. Bref, du déjà-vu qui collait bien au format shortcom, mais sonne un peu dépassé dans un one-man-show.

 Un one-man show intimiste plein d’autodérision

Mais le spectacle devient vite plus personnel. Kyan Khojandi passe de l’humour un peu gras à l’humour délicat, des pulsions sexuelles aux pulsions amoureuses ou de violence. C’est un spectacle intimiste que nous livre Kyan Khojandi, qui raconte avec beaucoup de légèreté et d’autodérision la perte de son père, sa vie rêvée d’enfant de huit ans, ses galères et bons souvenirs. Le personnage devient attachant, sensible, bien loin de celui des deux premiers sketchs. Pulsions est un condensé de “trucs pas marrants qui lui sont arrivés” et dont il a voulu faire des blagues. Parce qu’avant de mourir il faut bien rire, dit-il.

A l’inverse de son ami et co-Bref 1auteur Bruno Muschio (alias Navo) qui assure la première partie du spectacle, Khojandi fait du stand-up et interpelle ses spectateurs avec habileté. Il évoque des souvenirs de trentenaire 3.0, parodie le wizz du MSN des années 2000, chante du Mariah Carey et imite Donald Duck à la perfection. Et ça marche bien.

Standing ovation dans la salle de l’Européen. C’est un final haut en couleur qu’il nous livre : tout son spectacle à la manière de Bref, ponctué d’infographies et d’animations, effaçant ainsi les frustrations de ceux qui ont encore du mal à mettre un nom sur celui qu’on connaît plus comme “le mec de Bref” que comme Kyan Khojandi.

Dates :  du 10 mars au 28 mai
Lieu : L’Européen (Paris)
Ecrit par : Kyan Khojandi et Bruno Muschio
Avec : Kyan Khojandi

Note
Originalité
Mise en scène
Texte
Humour
Charlotte Henry
Théâtrophile, je prends un malin plaisir à dénicher de petites merveilles dans les salles parisiennes. J'aime aussi la politique et les chats, mais ça, c'est une autre histoire...

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here