Après le tome 1 A mort les Vaches, publié en 2019, et avant la fin de la trilogie avec Adieu Veau, vache, cochon, cuvée, le tome 2 continue à suivre l’odyssée effrénée de quelques animaux décidés à rallier Pig Island. Hélas les humains sont toujours là pour leur mettre des bâtons dans les pattes. La BD sort le 10 février pour une belle aventure humaniste animalière.

Une odyssée animale

Après un tome 1 qui montrait déjà à quel point des animaux même doués de la parole et de la raison ne sont pas mieux considérés par les humains, le tome 2 continue dans la même veine avec toujours la petite troupe lancée sur les chemins. Néo le cochon Ferdinand le coq, un veau et sa mère, un mouton, tous détalent à toute allure pour quitter ce monde de vexations. Ils rencontrent un cirque, une station service, des forces de l’ordre mais aussi un duo de zadistes antisystème qui les aident à rejoindre leur objectif. L’odyssée animalière est toujours aussi plaisante à suivre avec des animaux boute-en-train et des caractères très humains. Le dessin ultraréaliste permet de situer l’histoire dans notre époque, comme si les animaux avaient décidé de se libérer de leurs existences recluses pour vivre leur vie et leurs envies. Le sens de la métaphore fait mouche, ne sommes-nous pas nous-mêmes des animaux enfermés dans des enclos bien délimités et surveillés? Le parallèle avec l’existence humaine est de la plus grande pertinence pour donner à cette Arche de Néo des élans d’humanité. L’humour est bien présent au milieu de considérations douces amères sur la difficulté de se réaliser.

La BD sort le 10 février pour lire et découvrir une histoire de de résilience et de liens animaliers pleins de saveur. Et les humains ne sont pas forcément tous mis dans le même sac, preuve qu’il faut de tout pour faire un monde.

Synopsis: Néo et les siens sont toujours en quête de la terre promise de Pig Island, où l’on prétend que les animaux peuvent vivre en paix, loin de la folie des hommes. Mais le chemin est long et les esprits s’échauffent : Ferdinand, fière comme un coq, refuse de se faire mener par le bout du bec par un cochon à peine sorti de l’œuf et rallie à elle la petite bande qui en a plein les pattes et les sabots. Devant tant d’ingratitude, Néo décide de les abandonner et de suivre son instinct, il croise alors une vieille connaissance, Prince du Dauphiné, célèbre cheval de course promis à un grand voyage. Et si Pig Island était sa destination ?
Chaque album de L’Arche de Néo, odyssée animalière de héros qui rêvent d’une vie meilleure, interroge le rapport particulier que nous entretenons avec les autres espèces qui partagent notre planète.

Editeur: Glénat

Auteurs: Stéphane Betbeder / Paul Frichet

Nombre de pages / Prix: 64 pages / 14,95 euros

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici