Le spectacle Lettre d’une inconnue se prépare pour Avignon off cet été!

Lettre d’une inconnue

Eric Bu adapte et met en scène Lettre d’une inconnue, la célèbre nouvelle de Stefan Zweig redécouverte générations après générations. Une lecture a été captée au Théâtre de la Reine Blanche début janvier pour se rendre compte de l’intensité de ce moment de théâtre prévu pour le Festival d’Avignon off l’été prochain au théâtre des Corps Saints. Du 5 au 28 juillet 2019, Camille Bardery va s’escrimer dans ce seul en scène flamboyant, tout en clair obscur et rythmé par des extraits musicaux classiques ultra connus pour leur sensibilité. Il est probable que le spectacle suive à Paris en 2020, affaire à suivre…

Du potentiel en barre!

La comédienne s’approprie le texte d’autant mieux qu’elle a participé à l’adaptation avec Eric Bu. Ce dernier est notamment à l’origine du spectacle L’influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine vu et apprécié début 2018. Le parti pris du metteur en scène est de s’éloigner de l’ambiance romantique de l’ouvrage où une femme tombe éperdument amoureuse d’un homme qui se révèle sans coeur. Tout l’art de Zweig est de romantiser cette histoire pour faire ressortir le destin tragique de l’héroïne. Eric Bu préfère refuser la victimisation de la femme victime d’un destin frappeur. Elle écrit une lettre vidéo à son amant dans une ambiance d’abord fraîche et amusante. Mais la femme débute un processus de cristallisation psychologique presque morbide, en tout cas proche de la névrose avec une dépendance affective aux conséquences fatales. Le récit se déroule sur une dizaine d’années et l’inconnue a d’abord 13 ans quand elle aperçoit pour la première fois cet écrivain célèbre qui ne parviendra jamais à la situer tandis qu’elle s’éprend passionnément de lui. Malgré les rencontres et les quelques étreintes fugaces, l’inconnue ne trouvera jamais sa place dans la lumière aux yeux de son idéal. L’auteur explique vouloir faire voguer sa pièce de la comédie romantique initiale au thriller psychologique, explorant le versant noir et moderne de la nouvelle de Zweig. La modernité enjoint de s’éloigner du romantisme béat pour mettre en lumière l’aspect psychologique d’un fixation morbide, un peu comme une groupie envers une star adulée qu’elle approche, elle tombe même enceinte de lui, mais sa faim de lui ne sera jamais assouvie.

Une adaptation cinématographique

Par l’intermédiaire de la caméra de son iphone, dont l’image est projetée sur scène, l’héroïne se dédouble, paraissant initialement comme une femme du XIXe siècle mais au fur et à mesure, elle se dévêt de tous ses oripeaux sur un mannequin de couture et apparaît astucieusement comme une jeune femme d’aujourd’hui. Son addiction apparait comme une pathologie affective sévère, ce que sa dépendance aux réseaux sociaux n’aide pas à apaiser. Un pont entre l’époque de Zweig et notre temps actuel se dessine peu à peu avec la prose éternelle et inchangée de l’auteur. L’ouvrage se basait sur une lettre manuscrite, remplacée par des textos et des messages vidéos, avec une adresse directe au public qui remplace le destinataire de la lettre par un monologue qui touche à l’imaginaire de chacun.

La vidéo disponible au internet sur le lien suivant https://vimeo.com/311727539 propose des extraits qui donnent envie de voir la pièce en live pour ressentir le trouble de ce personnage habité par une intense Camille Bardery. Rendez-vous prochainement au théâtre pour une découverte en vrai!

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu de l'actrice
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here