Mary et la fleur de la sorcière, premier coup de baguette du Studio Ponoc, sort en DVD.

Mary s’envole vers une aventure époustouflante.

Mary et la fleur de la sorcière, une épopée animée remplie de féérie et de moments épiques, sort en DVD, BluRay & VOD.

Ca commence comme un épisode de manga type Goldorak, Dragon Ball Z, avec une série d’explosions nocturnes auxquelles échappe une petite fille rousse à l’agilité remarquable. Puis, s’en suit une course poursuite aérienne dantesque avec des créatures type requin-nuage volant aux yeux globuleux si caractéristiques des productions Studio Ghibli. Une sorte de mise en abîme que ce que le cinéma d’animation en 2D traditionnelle nous a offert de plus luxuriant et vivifiant depuis les années 80. Et si c’était ça la patte des Studio Ponoc, créé par un ancien disciple d’Hayao Miyazaki, Hiromasa Yonebayashi, déjà auteur du remarquable Arietty, le petit monde des chapardeurs chez Ghibli. Et pourquoi pas. En effet, tout du long de cette fantastique histoire, Yonebayashi alterne avec gourmandise passages intimistes et cocasses hérités du légendaire studio nippon, et moments d’allégresse et d’orgie visuelle rappelant la gourmandise occidentale des contes de Perrault. Le scénario original est d’ailleurs tiré de l’ouvrage de Mary Stewart. Mais revenons d’abord à cette chère Mary, héroïne éponyme malgré elle.

Mary et la fleur de la sorcière installe d’emblée le néo-studio Ponoc comme l’héritier légitime du style Miyazaki.

Il est clair et net que la tornade rousse que nous venons de voir ouvrir la séance n’a rien à voir avec l’espiègle et maladroite Mary qui vient d’emménager chez sa tante à la campagne. Une bien brave jeune fille qui cherche sa place dans le quotidien bien rôdé de cette nouvelle famille. Le grand écart entre la scène d’introduction et le quotidien de Mary est tellement grisant que l’on en oublie le titre principal de l’oeuvre, cette fameuse fleur de la sorcière sur laquelle tombe Mary par hasard. Un coup de balais plus tard et la voilà embarquée dans les airs aux portes de l’ultime école de magie, Endor, renvoyant Harry Potter et son mémorable Poudlard aux oubliettes. Une sorte de Hansel et Gretel chez Dumbledore. Très vite, on devine que derrière l’agréable bonhomie de la maitresse d’Endor, quelque chose de plus sombre se tapit dans l’ombre, notamment autour de la fameuse fleur… Mary aura besoin de toutes ses ressources pour tenter d’éviter le pire à ses proches en décryptant toute la magie qui se trouve dans les fleurs de la sorcière. Yonebayashi s’émancipe très vite de l’ombre de Miyazaki pour nous proposer une oeuvre totale où l’émotion se tire la bourre avec une narration vive et prenante. Le Japon a encore de belles années devant elle face à l’ogre Disney tant son cinéma semble insondable, sans limite et universel à la fois.

Mary et la fleur de la sorcière sort le 3 juillet en DVD, BluRay et VOD. Une nouvelle perle du cinéma d’animation nippon avec lequel le Studio Ponoc va se faire une place de choix dans le paysage fourni du dessin animé de qualité. Dans les bonus, son réalisateur Hiromasa Yonebayashi nous délivre quelques uns des secrets de cette aventure virevoltante à la folie créatrice majeure.

SYNOPSIS ET INFOS

C’est l’été. Mary vient d’emménager chez sa grand-tante dans le village de Manoir Rouge. Dans la forêt voisine, elle découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu’une fois tous les 7 ans. On l’appelle la “fleur de la sorcière”. Pour une nuit seulement, grâce à la fleur, Mary possèdera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, l’école la plus renommée dans le monde de la magie, qui s’élève au-dessus du ciel, au-delà des nuages.
Le secret de la fleur de la sorcière se révèlera à elle petit à petit…

Sortie DVD : le 3 juillet 2018
Durée : 1h38
Réalisateur : Hiromasa Yonebayashi
Genre : Conte fantastique
Distributeur : Diaphana Vidéo
Prix : à partir de 19,99 € (DVD)
Acheter : sur fnac.com

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Mise en scène
Réalisation
Animation
Jean-Marie Siousarram
Manipulateur de mots pour la presse web depuis quelques années. Cinéphage compulsif, féru de culture en tout genre, de voyages, de musique électronique, de foot. Rejeton de Chaplin, Hitchcock et Fincher.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here