Neruda de Pablo Larraín, un biopic poétique à l’image de l’artiste

Neruda de Pablo Larrain
Copyright Fabula – AZ Films – Funny Balloons – Setembro Cine

Neruda de Pablo Larraín, un biopic poétique à l’image de l’artiste

Le siècle dernier semble être une source d’inspiration insatiable pour Pablo Larraín. Post  Mortem, No, Neruda et bientôt Jackie, autant de long-métrages qui se fondent sur un événement ou un personnage marquant du passé. Notre histoire a assez de matière, nous dit le réalisateur, pour ne pas avoir besoin d’inventer des histoires.

Avec Neruda, en salles le 4 janvier 2017, c’est au grand poète chilien, Pablo Neruda, joué par Luis Gnecco, qu’il témoigne son admiration non sans quelques failles à travers un biopic surprenant.

Neruda : un poète engagé et pourchassé

Connaissez-vous Pablo Neruda ? De nom certainement, mais d’œuvre littéraire et politique, c’est moins récurrent. Poète et sénateur, il ne s’est pas tu et s’est battu pour les idées communistes qu’il défendait par son arme, les mots, au Sénat. Mais, en cette période de Guerre Froide, au Chili, il était plu sûr d’être de droite. Les communistes, considérés comme des traitres à la patrie, étaient pourchassés. La notoriété de Pablo Neruda ne l’empêcha pas d’être mis sous mandat d’arrêt. Échappant de justesse à son arrestation, il fuit son pays pour L’Europe.

C’est cette fuite, épisode furtif d’une vie grandiose et fournie, qui constitue l’ossature du film. Toutes les péripéties, les détails de cette retraite, bref le sang et la chair du film, sont fantasmés, fictifs. Pablo Neruda voulait forger sa légende, le réalisateur y participe grâce à cette tranche de vie épique et rocambolesque mise en image. L’important n’est pas qu’elle soit vraie mais vraisemblable, à l’image de l’artiste extravagant.

Neruda de Pablo Larrain
Copyright Piffl Medien

Neruda : lumineux et capricieux

Neruda met l’homme de côté pour ébaucher le poète engagé et son œuvre. Pablo Neruda, l’artiste, était fantasque, inspiré, grandiloquent et cela transpirait dans ses écrits. Non seulement le film nous le met en image mais, moins banal, Neruda emprunte un peu de l’esprit et du style « nerudien » dans sa forme cinématographique. Lumineux, solennel, utopique aussi… C’est comme si Pablo Larraín avait voulu que son film s’inscrive dans la lignée des œuvres de l’homme de lettres.

Mais le réalisateur ne se laisse pas éblouir, un écueil fâcheux qui produit souvent des films panégyriques et donc ternes. Ici, Pablo Neruda est à peine sympathique et même parfois, carrément antipathique. Il « pêche » par hubris, par caprice, par idéal aussi. Mais il est grand assurément.

Oscar Peluchonneau : inspecteur, chasseur et admirateur

C’est là qu’entre en scène un personnage-clé : Oscar Peluchonneau (joliment interprété par Gaël García Bernal). Inspecteur moyen qui rêve de grandeur, il voit dans la traque de Neruda l’occasion parfaite d’être à la hauteur de ses ambitions. Et là, tout se brouille, Neruda est-il vraiment la proie d’Oscar Peluchonneau ? Ce dernier est-il un inspecteur zélé ou un admirateur de l’écrivain en fuite pris au piège ? Cette chasse, de rectiligne, devient circulaire jusqu’à ce que la proie finisse par mordre la queue du chasseur…

Ainsi le film nous suggère que la vie est une œuvre ! Une œuvre qu’il faut créer, entre farce et drame. A l’image du poète chilien qui façonne ses adversaires et trace sa voie non sans humour, sans intelligence et sans brio malgré les obstacles et nous pourrions même dire grâce aux obstacles qu’il rencontre.

Neruda de Pablo Larrain
Copyright Fabula – AZ Films – Funny Balloons – Setembro Cine

Liberté, poésie, éternité

Neruda est un film éblouissant mais au sens littéral car souvent, les scènes et les personnages sont plongés dans un lumière aveuglante. Hasardons une explication : cet éblouissement symbolise-t-il la fascination des hommes, notamment Oscar Peluchonneau, pour Pablo Neruda ? Mais chacun, à n’en pas douter, aura la sienne en regardant le film.

L’admiration que suscite le poète vient également de sa liberté de penser et d’agir. Sa fuite est comme un éloge à la liberté. Pablo Neruda éprouve sa liberté même dans la contrainte, même traqué, et la chérit jusqu’au bout. Elle est même plus savoureuse, plus excitante, cette liberté, quand elle est mise en danger.

Finalement, Neruda peut faire l’objet d’une multitude d’interprétations et de commentaires car c’est un film assez complexe et même flou sur ses intentions. Comme s’il laissait un espace de pensée assez large pour que le spectateur puisse juger le film subjectivement, en fonction de lui, de son vécu, de ses opinions. C’est également un poème, une œuvre à discuter qui résonnera dans le cœur de certains et en laissera d’autres complétement insensibles.

[vc_text_separator title=”SYNOPSIS ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

1948, la Guerre Froide s’est propagée jusqu’au Chili. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Óscar Peluchonneau le soin de procéder à l’arrestation du poète.

Neruda et son épouse, la peintre Delia del Carril, échouent à quitter le pays et sont alors dans l’obligation de se cacher. Il joue avec l’inspecteur, laisse volontairement des indices pour rendre cette traque encore plus dangereuse et plus intime. Dans ce jeu du chat et de la souris, Neruda voit l’occasion de se réinventer et de devenir à la fois un symbole pour la liberté et une légende littéraire

Sortie : le 04 janvier 2017
Durée : 1h48
Réalisateur : Pablo Larraín
Avec : Luis Gnecco, Gael García Bernal
Genre : Drame, Biopic, Policier

[vc_text_separator title=”BANDE ANNONCE” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Note
Originalité
Scénario
Jeu des acteurs
Réalisation
Olivia Bugault
Fraîchement débarquée sur Publik'art en cette année 2016, Olivia goûte bien trop la littérature, le cinéma et le théâtre ... bref la culture ! pour ne pas s'en mêler par la plume. Ainsi elle vous livre ses analyses sans oublier au passage de saluer bien bas chaque artiste que la critique soit bonne ou mauvaise.

1 commentaire

  1. Neruda aurait pu être un thriller sur fond de chasse à l’homme, le réalisateur en a fait un hymne à la poésie du génial auteur chilien. Dialogues restructurés, poèmes lancés à la volée, pensées mélancoliques, le film se suit comme un portrait bricolé et onirique. La personnalité hédoniste du poète convient bien à ce biopic fantasque et décomplexé. On touche du doigt la liberté de l’épicurien jouisseur avide de vie et de vérité. Un film qui fait grandir le spectateur en le faisant s’interroger sur sa propre existence!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here