l Ouverture du Festival d'Avignon 2021 : J-1

Ouverture du Festival d’Avignon 2021 : J-1

L’ouverture du Festival d’Avignon à J -1. Fondé en 1947 par Jean Vilar, c’est l’une des plus importantes manifestations internationales de théâtre. Un rendez-vous incontournable qui offre une place de choix au spectacle vivant contemporain. L’édition de ce 75ème Festival a pour thème « Se souvenir de l’avenir ». La programmation du « IN » a lieu du 05 au 25 juillet 2021 tandis que le « OFF » se déroule du 07 au 31 juillet 2021.

Si chaque édition du festival imprime sa marque et son choix éditorial, elle place toujours la création contemporaine au cœur de ses réflexions et de sa grande diversité de regards. En parallèle, le Festival OFF d’Avignon met en avant les talents de demain. Une sélection non officielle qui donne une visibilité aux petites troupes pour leur permettre de présenter leurs pièces déroutantes, émouvantes, ou décalées.

Olivier Py est le premier metteur en scène à diriger le Festival depuis son fondateur, Jean Vilar. Plus « fidèle à des idées qu’à une tradition », il renoue avec l’esprit militant des premières heures et propose aux spectateurs d’imaginer avec lui « un autre rapport au monde dans lequel le politique n’est pas séparé de la pensée et de l’espoir.»

Et pendant le Festival, la ville se transforme en une gigantesque scène de spectacle vivant. Dans la rue ou dans les théâtres, l’art se déploie dans toute la ville !

Le centre-ville d’Avignon (à l’intérieur des remparts) propose un grand nombre de théâtres dans lesquels sont programmés les spectacles du « OFF » (pour la plupart des créations). Les spectacles du festival « IN », quant à eux, se déroulent dans des lieux de représentation en intra et extra-muros. Les genres de spectacles proposés sont très variés: humour, jeune public, ou encore tout off public.

Au programme du « IN »  quarante-six spectacles, soixante-dix débats et rencontres, quarante lectures et deux expositions sont annoncés pendant les trois semaines du festival. Ces propositions, données dans une quarantaine de lieux (quelques-uns étant itinérants), seront marquées par le contexte sanitaire. Les sujets abordés feront ainsi la part belle aux catastrophes, aux sacrifices et aux drames.

Tiago Rodrigues met en scène La Cerisaie d’Anton Tchekhov avec Isabelle Huppert dans la cour d’honneur du Palais des Papes. Un spectacle d’ouverture très attendu pour cette comédie douce-amère au texte hypnotique où se consument l’impuissance et la passivité d’une noblesse en déclin dans la campagne russe.

Une vision existentielle entre la nostalgie romantique d’un passé révolu et des aspirations vagues vers un futur incertain où autour d’une maison que l’on va perdre, se concentrent des êtres opposés, animés par le profit et l’avenir tandis que d’autres sont en proie aux souvenirs et à la passion de l’inutile

ll n’y a pas de héros dans La Cerisaie. C’est une pièce chorale qui offre une partition pour un tempo embrassant le collectif. Car c’est le temps qui en est le personnage principal : le temps des saisons, celui de l’enfance, le temps d’aimer, le temps qui passe, le temps perdu, la vieillesse, et la mort.

Pour Tiago Rodrigues, directeur artistique du Teatro Nacional de Lisbonne, il s’agit de traiter de ce moment historique inédit de l’inexorable changement, de l’esquisse d’une autre société qui pointe entre les fissures d’un vieux monde craquelé de toute part. Et dont le travail est profondément marqué par une écriture de plateau faite pour les acteurs, et avec les acteurs.

Frédéric Bélier-Garcia dirigera quant à lui Nicole Garcia dans une tragédie écrite par Marie Ndiaye (Royan). La Brésilienne Christiane Jatahy adaptera Dogville de Lars von Trier (le scénario de sa pièce Entre chien et loup évoquant l’histoire d’hommes et de femmes fuyant un régime fasciste et ses milices). Olivier Py mettra pour sa part en scène un énième Hamlet.

Concernant les créations, l’essentiel des spectacles montrés sera composé de créations. Laëtitia Guédon portera un texte de Marie Dilasser autour de la figure mythique de Penthésilée. Alice Laloy proposera une réflexion autour du transhumanisme et de la figure de Pinocchio.

Plusieurs disparus se verront rendre un hommage : l’acteur et metteur en scène Antoine Vitez ou le torero José Belmonte. Est-ce parce que la mort sera souvent évoquée sur scène ? Éva Doumia proposera aux spectateurs de partager un repas de deuil dans un spectacle intitulé Autophagies.

La vie n’en sera pas moins célébrée puisqu’une opérette d’Offenbach sera mise en scène par Victoria Duhamel. Et que le centième anniversaire d’Edgar Morin sera fêté dans la cour du Palais des Papes le 8 juillet. Molière sera également mis à l’honneur, à la veille des commémorations entourant le 400ème anniversaire de sa naissance. La troupe du Nouveau Théâtre populaire proposera ainsi un spectacle de près de sept heures revisitant son répertoire.

Plus de 550 artistes sont annoncés (outre Isabelle Huppert et Nicole Garcia Sandrine Bonnaire, Fabrice Luchini, Lola Lafon et Omar Sy).

Pour retrouver tous les spectacles et informations pratiques vous pouvez cliquer ici !

Bon Festival !


 

 

 

 

 

NOS NOTES ...
Intérêt
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici