Perplexe de Marius von Mayenburg, mise en scène par Frédéric Bélier-Garcia, à Paris

p153565_4

Théâtre du Rond-Point jusqu’au 5 janvier 2014

Perplexe est une embardée allumée, au cœur de l’écriture de Marius von Mayenburg, auteur allemand surdoué associé à la Schaubühne de Berlin, dont la matière singulière dans un jeu de rôles ubuesque se joue de l’illusion de la comédie humaine et du théâtre. Vous avez dit absurde !

p153565_7

Sophie et Antoine sont de retour de vacances et très vite ramenés à une réalité frustrante avec à la clé une dispute à propos d’une facture impayée et d’une plante verte dont ils ne reconnaissent pas l’existence. Sur cette entrefaite, apparait le couple d’amis chargé de garder la maison pendant leur absence et qui, au lieu de s’apprêter à partir, leur suggère tout naturellement d’appeler un taxi et de quitter les lieux !

Les situations qui vont alors s’enchaîner sont vecteurs d’un changement de figures et de situations où les personnages qui reviennent deviennent interchangeables et créateurs de scénarii multiples.  Par glissements successifs, la normalité apparente explose et la pièce se décale vers des univers inattendus qui caractérisent le fil rouge de cette œuvre où se dissout les événements au fur et à mesure qu’ils se créent.

p153565_2

Les protagonistes disparaissent et réapparaissent sous une autre identité. Tour à tour enfant, amants, mère, domestique, fille au pair, ils endossent tous les rôles, tous les costumes pour assouvir leurs fantasmes et explorer les enjeux possibles d’une existence revisitée, accélérée et condensée.  On passe de l’absurdité d’une situation domestique la plus triviale à la caverne de Platon. Les scènes quotidiennes de la vie ordinaire virent à l’épopée fantasmagorique, à la fable philosophique et s’enchaînent sur un ton et un rythme qui détournent les codes et les clichés des comédies de boulevard.

[pull_quote_left]Par glissements successifs, la normalité apparente explose et la pièce se décale vers des univers inattendus[/pull_quote_left]

Et dans ce big bang existentiel où la confusion identitaire règne, chacun court après une réalité toujours plus hallucinante et insaisissable. Tels des acteurs à contre-emploi dans leur propre vie, il y a cette scène délirante qui pousse à son paroxysme la métaphore de la représentation et de son illusion où lors d’une soirée thématique costumée (“Aurore Boréale”…), les deux couples s’affranchissent de leur conditionnement.

p153565_6

On y voit Sebastian se métamorphoser en élan, Judith en viking et Eva en volcan islandais au nom ravageur de Eyjafjallajokull…tandis que Robert endosse quant à lui la combinaison du skieur.  Là où fort de la doublure, Robert dans l’ivresse de la composition s’accouple à Sebastian devenu élan sous les yeux indifférents de son épouse.

Les acteurs Valérie Bonneton, Samir Guesmi, Christophe Paou et Agnès Ponthier, parfaits, sont d’une précision d’orfèvre pour s’emparer de ces être gigognes sous la direction affûtée de Frédéric Bélier-Garcia. 

Un drôle de jeu pour une échappée aussi loufoque qu’imprévisible…

Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here