La musique de The Architect est un vrai plaisir, mélange de styles différents et d’influences issues du jazz, du hip hop de l’électro et de la soul. Certains y reconnaitront du Rubin Steiner, d’autres du Cornershop. Ces groupes ont enjolivé les années 2000, le beatmaker stéphanois offre une descendance réjouissante à ces glorieux ainés. Le single Jacqueline est une bombe à découvrir rapidement!

Un single et un album à écouter non-stop

Un premier article sur Publik’Art en mai 2020 révélait un vrai enthousiasme pour ce projet musical. Le clip de Jacqueline par The Architect, dévoilé le 12 mars, est disponible sur l’album Une Plage Sur La Lune et aborde le sujet de la vieillesse, de la mémoire et de sa fragilité. Un grand nombre d’images sont confrontées comme autant de souvenirs, réels ou fantasmés. Ce sont Ramataupia et Mat Santa Cruz qui ont pu trouver des images de différentes natures et époques pour un ressenti plein de force. Dans le même temps, l’album Une plage sur la lune est toujours disponible, comme une fenêtre ouverte sur le monde, inspiré par la famille et les amis de l’artiste. Le projet musical a vu le jour en 2013. The Architect publie alors un premier EP nommé Foundations, opportunité pour lui d’intervenir dans différents side-projects comme L’Entourloop et d’apparaitre sur des dates partout dans le monde. La pause a été longue mais il est enfin de retour pour un premier album nommé Une plage sur la lune. Mélange de hip-hop, d’électro, de jazz et de soul, l’album se définit comme un véritable parcours musical varié et addictif. L’album débute avec Une plage sur la lune, morceau ambient rythmé par une voix qui égrène des paroles presque philosophiques. Puis Jacqueline se veut plus hip-hop, tout en douceur et en volupté. Run a déjà été chroniqué avec l’intervention de la rappeuse Reverie pour plus d’énergie et de nerf. Crétin de terrien continue dans la même veine hip-hop réjouissante avec des cuivres très jazz et soul. Les beats s’accumulent pour des morceaux qui s’écoutent en boucle comme Tigerz qui rappelle tant de souvenirs du côté de Lauryn Hill. Darling mélange les genres avec ses samples antédiluviens et ses carambolages temporels. Peanut se veut plus léger, plus évident avec ses notes de clavier qui tournent encore et encore. Baile De Sol, East Raw, Sin Jaza et les autres morceaux confirment le melting pot généreux.

Le premier disque de The Architect convie des invités prestigieux comme Johaz de Dag Savage ou Chip-Fu de Fu-Schnickens. Le résultat est une sorte de petite bombe dont Jacqueline ne donne qu’un aperçu très introductif. Les couleurs sont foisonnantes, l’ambiance est multi-dimensionnelle, c’est extatique, c’est virevoltant, c’est à découvrir absolument.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici