The Disaster Artist ou l’art de caricaturer une caricature

The Disaster Artist
The Disaster Artist, film de James Franco, Copyright Justina Mintz / A24 / New Line Cinema

The Disaster Artist ou l’art de caricaturer une caricature

Qui savait en France que l’obscur film The Room avait été réalisé en 2003 par un acteur,  producteur et réalisateur américain amateur pour aboutir à un résultat final catastrophique devenu néanmoins culte? Le film The Room célébré aux Etats-Unis depuis de nombreuses années va connaitre une renommée maintenant mondiale grâce à l’exercice de style mené par un James Franco aux manettes et devant la caméra. Armé d’une moumoute brune et animé de mimiques ressemblant en diable à celles du véritable Tommy Wiseau, il caricature celui qui semble déjà, sciemment ou non, une caricature vivante. Yeux perpétuellement mi-clos, débit théâtral, manières chevaleresques, le personnage va encore gagner en popularité après ce Disaster Artist sympathique, potache mais pas loin de l’exercice de style vide.

Une mise en abîme du nanar

The Room a gagné une telle popularité aux Etats-Unis que les séances du film habituellement programmées à minuit ont fait rentrer le producteur dans ses frais, voire il est certainement devenu très riche. Car à sa sortie, le film fit un bide monumental, retiré presque immédiatement dans les quelques cinémas qui le programmaient. Cette histoire de romance cheap et de trahison est un vrai calvaire pour qui a vu une fois le film original en entier. Mal joué, mal filmé, loufoque, le film est honnêtement une véritable torture, à la limite du masochisme. James Franco a rebondi sur la celébrité délirante du film devenu un des nanars les plus connus de tous les temps pour retourner ses scènes les plus emblématiques. Personne ne pourra sortir de la séance de The Disaster Artist sans avoir à l’esprit le Oh, hi Marc que prononce le héros. Le principe est intéressant mais la fascination tourne rapidement au voyeurisme gratuit tant l’intrigue est bancale et sans ampleur. Un des intérêts du film tient dans son casting avec un Seth Rogen pris en otage pour réaliser le film, un Dave Franco emmené dans l’aventure et un James Franco au four et au moulin. Mais le quasi remake n’est qu’une blague gratuite qui fera certes rires mais pas plus.

The Disaster Artist est bien sympathique mais il n’y en a pas grand chose à en retirer. James Franco singe Tommy Wiseau avec art mais on a envie de dire, et alors? L’exercice vain et gratuit tourne en rond, il y a certainement mieux à voir au cinéma mercredi prochain.

[vc_text_separator title= »SYNOPSIS ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]
The Disaster Artist
The Disaster Artist

En 2003, Tommy Wiseau, artiste passionné mais totalement étranger au milieu du cinéma, entreprend de réaliser un film. Sans savoir vraiment comment s’y prendre, il se lance … et signe THE ROOM, le plus grand nanar de tous les temps. Comme quoi, il n’y a pas qu’une seule méthode pour devenir une légende !

Sortie : le 7 mars 2018
Durée : 1h44
Réalisateur : James Franco
Avec : James Franco, Dave Franco, Seth Rogen
Genre : Drame, Comédie, Biopic

[vc_text_separator title= »BANDE ANNONCE » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

NOS NOTES ...
Originalité
Mise en scène
Réalisation
Jeu des acteursu
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.
The Disaster Artist ou l'art de caricaturer une caricature Qui savait en France que l'obscur film The Room avait été réalisé en 2003 par un acteur,  producteur et réalisateur américain amateur pour aboutir à un résultat final catastrophique devenu néanmoins culte? Le film The Room célébré...the-disaster-artist-lart-de-caricaturer-caricature

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici