Toku in Paris, Jazz Eleven

Toku in Paris est l’album très francophile du trompettiste et chanteur japonais Toku. Paru sur Jazz Eleven, il est loin d’être un coup d’essai puisqu’il s’agit de son déjà douzième album, le premier enregistré hors de ses terres pour une ambiance jazzy agrémentée d’une voix de crooner irrésistible et d’une instrumentation séduisante. Trompette, piano, batterie, tout y est avec en prime des invités prestigieux.

Le jazz en majesté

Enregistré en juillet 2019 à Paris, Toku in Paris prône un esprit fraternel entre les cultures. Entouré de musiciens habitués à intervenir dans des ambiances jazzy, Toku propose une expérience auditive fascinante. Mais qui est-il? L’artiste a a grandit au Japon et son père l’a très tôt initié à toutes sortes de musique. Après avoir débuté au cornet, il s’est rapidement mis à la trompette et au bugle. Il fait partie d’un groupe au lycée et c’est lors d’un festival qu’un batteur de jazz l’entend reprendre le If Were a Bell de Miles Davis. Et c’est le début de sa carrière. Toku déménage aux Etats-Unis pour se mettre sérieusement à l’anglais et il intègre une formation de jazz avec un ami pianiste. Une fois le diplôme en poche, il va pousser la chansonnette au club Body & Soul où il est repéré par un DJ officiant à Radio Tokyo, Rob Crocker, jusqu’à la consécration et la signature chez Sony Music Records Inc. La parution de son premier album en 2000 Everything She Said marque le début d’une carrière placée sous le signe du jazz. Il apparait sur scène au Blue Note à Tokyo, ainsi qu’au New Millenium Hall à l’Université de Séoul. En 2001 sort déjà son deuxième album Bewitching. Mais c’est avec une publicité que sa renommée s’accroit. C’est en interprétant en 2002 You are so Beautiful dans une publicité télévisée Hitachi que tout décolle. Suivra son premier single Do-Ré-Mi pour une campagne publicitaire Honda.

Dans cet album, le ton est résolument jazzy, avec une apparition remarquée de Sarah Lancman sur le morceau Blue Smoke. Les phrasés jazzy se suivent avec toujours ce piano laconique et souvent une trompette doucereuse. Après avoir collaboré avec notamment Kenny Barron, Ron Carter, Chris Cheek, Lew Soloff et Cindy Lauper un quintet européen accompagne Toku avec Pierrick Pédron au saxophone alto, Giovanni Mirabassi au piano, Laurent Vernerey à la contrebasse, Lukmil Perez à la batterie, Thomas Bramerie à la contrebasse et André Ceccarelli à la batterie. De quoi donner envie d’écouter cette star internationale du jazz! L’album Toku in Paris sera présenté à la Maison de la Culture du Japon le 15 février pour deux concerts à ne pas manquer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici