Un pays pour mourir, un livre de Abdellah Taïa

97ea3cfb64eeaa1edba65501d0bb3c86-1421925644

Un pays pour mourir, un livre de Abdellah Taïa

Abdellah Taïa est un écrivain marocain « d’expression française », selon Wikipédia et vit à Paris. Il est l’un des premiers auteurs a dévoilé son homosexualité. Et ses livres, comme Un pays pour mourir  n’a rien à cacher.

Un pays pour mourir est centré sur la vie de Zahira, marocaine vivant à Paris.

Date de parution : le 8 janvier 2015
Auteur : Abdellah Taïa
Editeur : Le Seuil
Prix : 16 € (168 pages)

[vc_custom_heading text=”4ème de couverture :” font_container=”tag:h5|text_align:left|color:%23337ebf” google_fonts=”font_family:Lobster%3Aregular|font_style:400%20regular%3A400%3Anormal”]

Paris, été 2010. Zahira, une prostituée marocaine en fin de carrière, est une femme généreuse malgré les humiliations et la misère. Son ami Aziz, sur le point de changer de sexe, est dans le doute. Mojtaba, un révolutionnaire iranien homosexuel qui a fui son pays, croise son chemin et loge chez elle durant le mois du ramadan. Allal, son premier amour, va quitter le Maroc pour la retrouver.

 À travers des fragments de vie qui s’entrechoquent violemment les uns contre les autres, Un pays pour mourir suit ces émigrés, rêveurs et invisibles, dans leur dernier combat. Des destins fracassés au cœur d’un monde postcolonial où trouver sa vraie place, avoir une deuxième chance s’avère impossible.

Abdellah Taïa est né en 1973 à Rabat. Il a publié quatre romans au Seuil, traduits en Europe et aux USA, dont Le Jour du Roi (prix de Flore, 2010) et Infidèles (2012). Il a réalisé en 2014 un long métrage à partir de son roman L’Armée du Salut.

[vc_custom_heading text=”Notre avis sur le livre : Un pays pour mourir” font_container=”tag:h5|text_align:left|color:%23337ebf” google_fonts=”font_family:Lobster%3Aregular|font_style:400%20regular%3A400%3Anormal”]

Zahira a fui son pays en espérant une vie meilleure en France. Son travail consiste à envoyer un maximum d’argent aux siens restés au pays, au bled. Alors, elle se prostitue. Et sa vie est misérable, perdue en plein cœur de Paris. Et surtout complètement seule. Entourée de marginaux.

Un pays pour mourir est un livre percutant, un livre choc. Un livre qui dévoile les dessous de la vie des émigrés. Misère morale, misère physique et surtout misère tout court. Pas de tabou, juste la réalité dite avec beaucoup de sensibilité.

Des êtres détruits par la vie, cette prostituée marocaine plus toute jeune, son ami Aziz, un homosexuel qui va se faire opérer pour devenir une femme, et son premier amour marocain qui rêve de la ramener au pays… Et bien sûr l’auteur met en avant les différences abyssales entre les coutumes marocaines et françaises.

Des détails crus de la vie de Zahira vont nous « gifler » la face. 

Prise de conscience face à une vie quasi insupportable. Sentiment d’injustice, sentiment de ne pas appartenir à la société française. Aucune intégration possible ? Révolte sournoise.

Toutes les personnes de ce livre courent après l’Amour. Et leurs conditions de vie ne leur apportent pas ce bonheur. Ils sont « au bout du bout » dit l’auteur, d’où le titre. Désir d’en finir avec leur vie actuelle au cœur de Paris.

Nouveau regard sur l’immigration. Une sorte de bilan réaliste sur l’adaptation des immigrés en France. Sujet brûlant d’actualité.

Abdellah Taïa est honnête avec lui-même. Il a annoncé son homosexualité dans ses livres. Et cela est devenu son combat. Il milite pour la liberté individuelle. Il dit lui-même que c’est infiniment triste de vivre ainsi, mais il n’a pas le choix. C’est sa vie.

Si son livre Un pays pour mourir n’est pas euphorique, je pense que l’auteur a osé dénoncer des faits quasi insupportables de la condition de vie de certains émigrés chez nous, en France.

Note
Originalité
Scénario
Qualité de l'écriture
Plaisir de lecture
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here