L’exposition Un.e Air.e de famille se tient au Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis jusqu’au 8 novembre 2021. Elle complète d’autres évènements de la Saison Africa2020, comme évoqué dans un autre article Publik’Art, notamment à Rouen. Cette exposition se concentre sur l’engagement anticolonial des surréalistes, à une époque où cette position était fortement minoritaire avec un contexte d’empire colonial tout puissant. Des pièces provenant d’autres collections du musée (Gavarni, Daumier, Jourdain, Effel) sont mises en regard avec des réalisations artistiques contemporaines de 13 artistes femmes venues d’Afrique et de ses diasporas. Une riche programmation culturel pluridisciplinaire se déroule simultanément pour une réflexion nécessaire sur l’héritage post colonial.

Une exposition qui suscite la réflexion

Le musée d’art et d’histoire Paul Eluard de Saint-Denis est, depuis son nom même, un bel hommage aux artistes surréalistes. Il était donc évident que l’étape de la saison Africa2020 consacrée à l’engagement anticolonial de ces artistes se tienne à Saint-Denis. Le parcours riche et foisonnant évite les œillères pour montrer l’esprit d’une époque où les populations d’Afrique et d’Outre-Mer étaient souvent exposées nues, sous des sobriquets peu flatteurs et avec un manque flagrant de considération. Certains documents montrés laissent songeur et le courage pour les montrer force le respect. Car ce n’est pas en se livrant à des autodafés comme actuellement au Canada que les esprit pourront changer. Les documents historiques issus des collections historiques du musée, enrichies de nombreux prêts et des œuvres d’artistes femmes issues du continent africain raisonnent d’une singulière actualité. Les artistes surréalistes connus et reconnus collectionnaient dès les années 20 et 30 des objets d’art extra-occidentaux pour « une primitivité à la fois lointaine et originaire » et aller ainsi au-delà du regard habituel des occidentaux sur ce qui est souvent nommé l’art africain. Le meilleur exemple de cette posture résolument anticolonialiste des surréalistes tient dans cette contre-exposition organisée en 1931 en même temps que se tenait la grande exposition coloniale dans le Bois de Vincennes avec des reconstitutions marquantes, telles le palais d’Angkor. Les tracts montrés n’y vont pas par 4 chemins, exhortant à ne pas visiter l’exposition coloniale officielle. Des documents relatent également des affaires publiques rentrées dans la légende, tel le combat en faveur de la libération d’Henri Martin porté par Eluard et d’autres artistes comme Picasso, Léger et Sartre, dans le sens d’une opposition à la politique coloniale de la France. L’exposition réunit également des oeuvres actuelles d’artistes femmes africaines pour faire entendre leurs voix à travers un large panorama artistique, passant de la peinture au dessin ou à la vidéo et des installations.

Le Musée fait partie des Quartiers Généraux de la Saison Africa2020 et l’exposition est mise en lumière par l’Institut français au titre des focus femmes. Réalisée avec le concours du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, de la Drac Île-
de-France
et de la Saif et avec le soutien du Comité des mécènes de la Saison Africa2020, l’exposition est à découvrir à Saint-Denis. Quelques rédacteurs ont eu la chance d’écouter les explications éclairantes de la commissaire de l’exposition
Anne Yanover, directrice du Musée d’art et d’histoire Paul Eluard de Saint-Denis pour l’évidence d’un évènement à ne pas manquer. Farah Clémentine Dramani-Issifou, chercheuse et programmatrice de films indépendants est également commissaire de l’exposition.

Publireportage:

Artistes invitées:

Laeïla Adjovi (Bénin)
Eliane Aisso (Bénin)
Malala Andrialavidrazana (Madagascar / France)
Yto Barrada (Maroc / France / USA)
les sœurs Chevalme (France)
Nadia Kaabi-Linke (Tunisie / Allemagne)
Katia Kameli (Algérie / France)
Kapwani Kiwanga (Canada / France / Tanzanie)
Tuli Mekondjo (Namibie / Angola)
Otobong Nkanga (Nigeria / Belgique)
Owanto (Gabon)
Thania Petersen (Afrique du Sud)
Euridice Zaituna Kala (Mozambique)

Un catalogue d’exposition, publié sous la direction d’Anne Yanover aux éditions Illustria, comprend
notamment des textes des deux co-commissaires de l’exposition, des conseillers scientifiques Patrice
Allain et Laurence Perrigault (Maîtres de conférences en littérature à l’Université de Nantes) et des
entretiens avec les treize artistes contemporaines invitées.
96 pages, 27 x 22 cm, 12 euros


Programmation culturelle: Quartier général de la Saison Africa2020, le musée propose une très riche programmation
pluridisciplinaire, dans l’esprit d’un « petit centre culturel panafricain temporaire » : performances, rencontres, ateliers slam, workshops avec des artistes, ateliers podcast, siestes musicales, conférence et dj set sur l’histoire du raï, ciné-débats, ciné-goûters pour enfants, balades-ateliers en familles ou encore colloque international.


Saison Africa2020: Initiée par Emmanuel Macron, le Président de la République française, et développée sous le
commissariat général de N’Goné Fall, la Saison Africa2020 (initialement prévue de juin à décembre 2020) se déroule sur tout le territoire français (métropole et territoires ultra-marins) de décembre 2020 à septembre 2021. Plusieurs évènements ont eu lieu au format numérique depuis le mois de décembre. Dédiée aux 54 États du continent africain, la Saison Africa2020 est un projet hors normes. Conçue autour des grands défis du XXIème siècle, elle présente les points de vue de la société civile africaine, du continent et de sa diaspora récente. Africa2020 est la caisse de résonance de ces agents du
changement qui impactent les sociétés contemporaines. www.saisonafrica2020.com.fr @SaisonAfrica2020

Musée d’art et d’histoire Paul Eluard de Saint-Denis
À Saint-Denis, entre la basilique et le Stade de France, le musée d’art et d’histoire Paul Eluard vous accueille pour une visite insolite dans le cadre plein de charme d’un carmel du XVIIème siècle. Primé pour la qualité de ses aménagements (Prix Européen des musées), le musée abrite des collections uniques consacrées notamment à l’archéologie médiévale, à la Commune de Paris de 1871, à Paul Eluard et ses amis artistes (Picasso, Ernst, Man Ray, Léger) et à l’évolution du territoire (Corot, Caillebotte, Christofle, Legras). Il a reçu en 2019 le Premier Prix Osez le musée, décerné à l’unanimité par le Ministère de la Culture, pour l’exemplarité de sa politique envers tous les publics.

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article. Ravie que vous ayez apprécié le travail qu’Anne Yanover et moi avons fait, car oui nous sommes deux commissaires de l’exposition 🙂 Ce serait formidable si vous pouviez amender l’article dans ce sens.
    Merci encore,

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici