War dogs de Todd Phillips, la guerre a aussi ses bons côtés

War dogs copyright WB
War dogs copyright WB

War dogs de Todd Phillips, la guerre a aussi ses bons côtés

Todd Phillips n’a pas fait dans le raffiné pour son nouveau film. War dogs est une histoire de trafiquants d’armes à dormir debout et pourtant, inspirée de faits réels. Jonah Hill et Miles Teller incarnent les deux gus « héroïco-looser » de cette comédie qui a fait la clôture du festival de Deauville. Sortie en salle le 14 septembre.

Le trafic d’armes est un business juteux, très juteux… et accessible à tous ! Du moins, pendant la guerre d’Irak. A l’époque, l’armée américaine lançait un appel d’offre pour chaque commande d’armes. N’importe quelle entreprise pouvait entrer dans le jeu et répondre aux demandes considérables en équipements de l’armée. Deux copains à peine adulte, David et Efraim, se lancent dans ce business à risque. Les revenus qu’ils empochent sont d’abord modestes puis, l’argent coule à flot et un jour, ils signent le contrat de leur vie. Trois cents millions d’euros pour équiper les soldats américains qui se battent en Afghanistan. Une chance extraordinaire mais justement, la chance ne leur sourit plus. La situation leur échappe, tout dérape…

Excès et duo gagnant

Il y a des recettes que l’on connait trop bien pour les rater. Celle du film « too much », Todd Phillips la maîtrise parfaitement. Des bastonnades et des armes à gogo. Du rire et de la dérision pour dérider. Le rire idiot que Jonah Hill a composé pour le film est d’ailleurs une perle comique qui vaut le prix de la séance ! Et une pincée de fleur bleue dont Miles Teller se charge, déchiré entre ses affaires et la femme qu’il aime.

Drogue, fric, bad boys et corruption…

Drogue, fric, bad boys et corruption… War dogs est un film d’excès. Et on aime ça même si, parfois, c’est trop, on en perd nos repères. David et Efraim explosent toutes les barrières du rêve américain. La réussite pour tous, oh oui mais pour eux surtout même si c’est aux dépends des autres. Une réussite rapide, incontrôlable, habile ; l’Amérique est à eux. Mais ce sont des post-adolescents profiteurs de peu de vergogne. Pas facile de trouver les bons acteurs pour interpréter ce duo étonnant. Le leader et le suiveur, l’inconscient et le peureux, le vendeur de rêve et l’ambitieux sans y parvenir. Jonah Hill (Le Loup de Wall Street, 21 Jump Street, Le stratège) et Miles Teller (Whiplash, Divergent, Projet X) s’ajustent parfaitement à leur rôle. Un coup de chapeau à Jonah Hill tout particulièrement qui prouve encore une fois qu’il excelle dans le registre comique. Hollywood sourit à ces deux acteurs au look adolescent.

War dogs Todd Phillips
War dogs copyright WB

La rançon du dollar

Ce film est tiré d’une histoire vraie et c’est peut-être ça, sa plus grande réussite. Jusqu’au bout, c’est aberrant, fou, invraisemblable. Mais les millions mis de côté, il s’agit surtout d’une suite de mauvaises décisions prises par deux jeunes en quête d’aventures, d’argent et de succès. L’appât du gain fait taire les remords et on n’arrive pas au sommet sans faire de sacrifices. En l’occurrence, ils ont sacrifié leur intégrité, leur morale et le droit américain. On n’arrive pas au sommet sans arnaquer quelques dupes au passage. C’est le Pentagone qu’ils ont entubé. On n’arrive pas au sommet sans en descendre… Et ça fait mal. C’est la rançon du dollar.

War dogs est-il une satire des USA et du rêve américain ? Une critique de la démesure de ce pays qui ne met aucune limite au capitalisme ? Une attaque contre l’ambition à tout prix ? On peut y voir tout cela mais il n’est pas certain que Todd Phillips y ait mis autant d’intentions. Peut-être voulait-il simplement nous raconter cette folle histoire.

 

[vc_text_separator title=”SYNOPSIS ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]


War dogs afficheDeux copains âgés d’une vingtaine d’années vivant à Miami Beach à l’époque de la guerre en Irak, profitent d’un dispositif méconnu du gouvernement fédéral, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d’offres de l’armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d’argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu’ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils doivent entrer en contact avec des individus très peu recommandables… dont certains font partie du gouvernement américain…

Sortie : le 14 septembre 2016
Durée : 1h55
Réalisateur : Todd Phillips
Avec : Jonah Hill, Miles Teller, Ana de Armas
Genre : Comédie, drame, guerre

[vc_text_separator title=”BANDE ANNONCE” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Note
Scénario
Originalité
Jeu des acteurs
Réalisation
Olivia Bugault
Fraîchement débarquée sur Publik'art en cette année 2016, Olivia goûte bien trop la littérature, le cinéma et le théâtre ... bref la culture ! pour ne pas s'en mêler par la plume. Ainsi elle vous livre ses analyses sans oublier au passage de saluer bien bas chaque artiste que la critique soit bonne ou mauvaise.

2 COMMENTAIRES

  1. J’ai hésité à aller voir ce film, finalement je me suis décidée hier et contrairement à ma première impression, je n’ai franchement pas été déçue d’autant plus que c’est une histoire vécue. Montre l’aventure et les déboires de deux jeunes se lançant dans le trafic d’armes. Très bon film !

    • C’est vrai que le fait que cela soit du vécu donne une toute autre saveur au film ! Contente que tu ais rentabilisé ta séance en aimant le film 🙂

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here