Wheeldon/Mcgregor/Bausch ou le lien avec Pierre Boulez

Wheeldon/McGregor/Bausch en résonance avec Pierre Boulez

En l’honneur de Pierre Boulez, le Ballet de l’Opéra de Paris présente un programme de trois pièces contemporaines qui sont autant de lignes de résonance et de partage avec le grand compositeur et chef d’orchestre français. Trois pièces au climat et à l’inspiration très différents dont le choc offre une nouvelle perception, tant dans sa dimension chorégraphique qu’esthétique. Une réussite.

Dates : Du 3 au 31 décembre 215
Lieu : Opéra de Paris  (Paris)
Chorégraphes : Wheeldon/McGregor/Bausch

Le programme commence par “Polyphonia”, pièce de l’Anglais Christopher Wheeldon sur de courtes pièces pour piano de Ligeti. S’enchaine un ensemble de figures néoclassiques avec en ouverture comme en clôture tous les danseurs présents sur scène qui, entre temps, auront laissé place à des duos puis des solos. Ils composent des variations contrastées à l’architecture virtuose aussi fluide que sophistiquée et pour le corps tout entier.

On est séduit par la tonalité stylistique et les nuances de rythmes de ce ballet dont les danseurs s’emparent avec une élégance naturelle.

[…] Trois pièces au climat et à l’inspiration très différents dont le choc offre une nouvelle perception […]

Wayne McGregor, britannique également, poursuit la soirée avec “Aleas Sands”, la troisième pièce qu’il crée pour le Ballet de l’Opéra de Paris. On se souvient de sa dernière création L’anatomie de la sensation qui s’inspirait du processus de métamorphose propre à l’œuvre de Francis Bacon.

Aujourd’hui, c’est à partir du plafond peint par Chagall que le chorégraphe avec l’artiste Haroon Mirza fait naitre la sensation et crée un lien de connexion, sonore et visuel, entre la scène et la salle.

En effet, des lumières LED vibrent, crépitent, s’allument puis s’éteignent par intermittence avant de se projeter sur le plateau qui s’ouvre sur un décor spartiate et à partir desquelles le chorégraphe déploie son style mordant, affûté et déstructuré. Le tout propice à créer une immersion totale et sensorielle avec la partition musicale et son emprise organique.

image14

Enfin, Le Sacre du printemps, morceau d’anthologie de Pina Bausch (1975), vient clore ce programme ambitieux. Sa reprise est toujours un évènement où sur la scène couverte de terre fraîche, danseurs et danseuses s’opposent en d’âpres combats et s’épuisent jusqu’au sacrifice.

Rituel d’une communauté humaine qui sacrifie l’un des siens, une jeune femme, pour glorifier la divinité du Printemps et dont la symbolique nous renvoie à notre origine et à notre fin.

A l’abri d’une chorégraphie radicale et d’une intensité inouïe, “Le Sacre” se charge de cette danse tellurique qui nous laisse, une fois encore, sans voix.

[vc_text_separator title=”NOS PIECES ET SPECTACLES COUPS DE COEUR” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

NOS NOTES ...
Originalité
Scénographie
Chorégraphie
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici