Dheepan, un film de Jacques Audiard

On a du mal à croire que Dheepan a reçu la Palme d’Or au Festival de Cannes 2015.

C’est un film de Jacques Audiard qui traite d’un sujet sensible et complètement d’actualité : les migrants. Bien sûr, on ne peut pas rester impassible devant un tel sujet. Nous sommes tous concernés. En cela le réalisateur a vu juste. Mais son film est à la fois empreint de réalisme tout en étant complètement surréaliste et inimaginable.

Sortie le : 26 août 2015
Durée : 1h54
 

Synopsis :
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
Fuyant la guerre civile au Sri Lanka, un ancien soldat, une jeune femme et une petite fille se font passer pour une famille. Réfugiés en France dans une cité sensible, se connaissant à peine, ils tentent de se construire un foyer.
Dheepan, un film de Jacques Audiard

Dheepan, un film de Jacques Audiard

Dheepan est un film est surréaliste. Et c’est cela qui nous gêne le plus. Aborder le thème des migrants sans être dans la réalité, cela nous est difficilement concevable…

Dheepan, c’est l’histoire de migrants arrivés en France et venant de Sri Lanka où règne une terrible guerre civile. Ils sont trois : une femme, une petite fille de 9 ans et un homme. Aucun lien de parenté entre eux. Mais ils se sont fait passer pour une famille pour pouvoir fuir leur pays. Du coup, ils se retrouvent ensemble, en France, dans un appartement, en plein cœur d’une cité sensible. La petite fille parle français. On ne sait pourquoi. L’homme, Dheepan, est embauché comme gardien de cette cité. Il parle tamoul et ne connait pas un mot de français, mais il sait tout faire et trouve ce travail de gardien immédiatement ! Et la femme est auxiliaire de vie…

Et dans cette cité, tout est horrible, violent et même monstrueux !

Quel tableau Audiart dresse de la France !”

La première partie du film, où rien ne se passe vraiment, est très longue. On est tous en observation, comme les acteurs ceylanais (qui ne sont pas des acteurs professionnels mais qui jouent très bien). Ils regardent où ils ont atterri… Et découvrent leur quotidien. Absolument sinistre où la drogue et la violence règnent. et du coup, la peur.

Puis arrive la violence en toute dernière partie du film. Violence extrême à laquelle on ne s’attend pas. Et pourquoi cette violence investit-elle l’écran ?

Pour nous choquer, sans doute, nous faire réagir. La violence appelle la violence.

Passages difficiles à supporter. Et en plus, sans aucun intérêt.

Quant à la fin, express, du film, je n’en dévoilerai rien si ce n’est qu’elle est surréaliste. Elle met l’accent sur l’incohérence de ce film ! Absurde, totalement absurde !

Bref, une énorme déception ! Encore une fois, on ne comprend pas ce choix du jury de Cannes ! Histoire politique, financière ? Publik’Art ne l’aurait pas décernée, cette Palme !

Bande annonce :Dheepan

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Réalisation
Jeu des acteurs
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici