Edmond, film d’Alexis Michalik

Edmond, un bijou de fantaisie à découvrir actuellement au cinéma

Depuis le 9 janvier 2019, le film Edmond enchante les spectateurs de la France toute entière. Alexis Michalik adapte lui-même sa pièce de théâtre à succès pour insuffler un irrépressible vent de bonne humeur dans chaque salle où le film est projeté. Avec cette fiction adaptée de la genèse de la célèbrissime pièce Cyrano de Bergerac, le réalisateur joue sur les sentiments d’empathie, de générosité et de bienveillance. Exactement ce qu’il nous faut dans cette époque si anxiogène…

Un film qui fait du bien

Edmond est un film d’autant plus surprenant qu’il débute comme un film à Papa, avec un classicisme conventionnel et une originalité réduite. Le jeune auteur Edmond Rostand sort d’un four théâtral qui obscurcit son avenir personnel. Mais à force d’obstination et de bonnes rencontres, il trouve l’inspiration pour accoucher d’une oeuvre qui fait encore mouche aujourd’hui sur les planches comme dans les salles. Alexis Michalik imagine des anecdotes et des péripéties ayant nourri l’imagination de l’auteur pour échafauder un personnage, une romance et une intrigue. Le jeune Thomas Solivérès campe un Edmond Rostand perclus de doutes et placé au pied du mur. Il a un mois pour rédiger une pièce et nourrir la mise en scène souhaitée par le grand comédien Contant Coquelin (Olivier Gourmet), chassé de la Comédie Française et désireux de se refaire. L’auteur va de rencontres en rencontres pour trouver l’idée d’un héros doté d’une protubérance nasale disgracieuse mais doué d’un esprit des plus chevaleresques. Le film déroule une suite d’évènements en lien direct avec la création de la pièce.

Et après les doutes initiaux, l’évidence se fait jour. Cet Edmond est parfaitement éblouissant. Les acteurs s’en donnent à coeur joie pour retranscrire la folie créatrice de l’auteur pris dans un triangle amoureux, un agenda chargé, une femme délaissée et une troupe dans l’attente des actes livrés les uns après les autres. L’enthousiasme général finit par emporter le spectateur. Car on parle d’ici de Cyrano de Bergerac, héros mythique du théâtre français, créé à la fin du XIXe siècle mais dont la redécouverte marque les générations les unes après les autres. L’art des alexandrins, la richesse des rimes et l’originalité des situations fait de Rostand l’égal d’un Racine ou d’un Corneille. Il suffit d’entendre C’est un peu court jeune homme pour savoir de quoi il est question. La tirade si connue est d’ailleurs prononcée alors que l’auteur se morfond, inconscient du triomphe qui l’attend. Car la pièce comme le film forcent l’admiration, cet Edmond est un morceau de bravoure dont personne ne peut sortir sans un large sourire aux lèvres.

Edmond est une réussite totale, à la fois drôle et émouvante, avec une galerie d’acteurs qui semble savoir ce qui est en jeu. Un film qui ravive le souvenir d’un personnage hors du commun au coeur d’une époque de troubles. Ce film donne envie de sourire et de donner envie à d’autres futurs spectateurs de pousser la porte d’une salle de cinéma projetant Edmond. Alors passez le mot!

Note
Originalité
Réalisation
Jeu des acteurs
Plaisir de la séance
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here