L’amour à mort sous le regard enlevé d’Angelin Preljocaj

L'amour à mort sous le regard enlevé d'Angelin Preljocaj
Roméo et Juliette” ballet d’Angelin Preljocaj sur une scénographie d’Enki Bilal © JC Carbone

L’amour à mort sous le regard enlevé d’Angelin Preljocaj

Angelin Preljocaj  est de retour avec son propre ballet Roméo et Juliette, créé en décembre 1990 pour le Lyon Opéra Ballet. Il s’empare avec un geste fort du drame de Shakespeare dont la relecture transforme la discorde familiale en affrontement social où les parents ont disparu, laissant le conflit éclater entre classes qui voit s’affronter la domination d’un clan nanti sur un autre démuni mais libre.

A l’abri d’un univers concentrationnaire et oppressant, son Roméo et Juliette brûle de l’engagement jusqu’au-boutiste et passionné des deux proscrits.

Sur scène, la milice chargée d’assurer l’ordre social est à l’œuvre pour combattre la liberté d’aimer et ce choc passionnel immergé dans un environnement hostile marqué par les clivages de la société et l’autoritarisme d’un pouvoir dictatorial qui surveille et persécute.

Une danse physique et sensuelle […]

Et pour traduire l’urgence et l’absolutisme des deux amants qui déjoue l’autorité, Preljocaj compose son vocabulaire à partir de l’abandon et d’une confrontation des corps.

Une danse physique et sensuelle imprégnée de toute la dimension guerrière et charnelle inhérente à la dramaturgie, qui voit les corps exacerber l’amour impossible et le désir ardent, la haine et la violence, l’injustice et l’oppression. Où l’intrigue et son emportement radical tiennent lieu de verbe chorégraphique à la fois ciselé, intense, sensuel et tranchant.

Les 24 danseurs de la compagnie font magnifiquement corps avec la chorégraphie aux ruptures de ton […]

La ville des amants maudits, Vérone, évocatrice des Balkans se matérialise par un espace glaçant de Enki Bilal aux lumières métalliques constitué d’un corridor où les rondes quotidiennes d’une police secrète renvoient à l’oppression d’un régime totalitaire.

Les 24 danseurs de la compagnie font magnifiquement corps avec la chorégraphie aux ruptures de ton entre dureté et sensualité où le final, dans un duo saisissant de virtuosité, parachève son homogénéité et consacre la mort des deux amants, à jamais réunis pour l’éternité.

INFOS

Dates : du 16 au 24 décembre 2016 l Lieu Théâtre National de Chaillot (Paris)
Chorégraphe : Angelin Preljocaj

Note
Originalité
Scénographie
Chorégraphie
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here