No Land’s Song, un documentaire de Ayat Najafi

No Lands’Song
No Lands’Song Dessin © Lodi

No Land’s Song, un documentaire de Ayat Najafi

Dans ce documentaire, Ayat Najafi va mettre à l’honneur les femmes iraniennes et dans un domaine très précis, celui de la musique, plus précisément du chant vocal.

La Révolution Iranienne de 1979 transforme le pays en république islamique. La condition de la femme est ébranlée. Une des conséquences de cette mise en branle est le fait qu’elles n’ont plus le droit de chanter en public en tant que solistes. Conséquence mineure ? Non. Une femme ne peut pas chanter seule devant un public mixte. Elle ne peut pas faire vibrer ses cordes vocales si elle n’est pas accompagnée par une troupe devant des hommes et des femmes. En somme, la femme n’est plus libre de faire ce qu’elle veut. Une femme, si elle désire chanter seule, ne peut pas devenir chanteuse. Et puis ça va au-delà du simple fait de chanter. Depuis la mise en place de cette politique islamique radicale, gérée par une poignée d’hommes, la femme doit se taire. Ne pas les autoriser à chanter, c’est les forcer à se taire. La femme doit être aux ordres. C’est tout.

Sara Najafi, héroïne du film, va tenter avec l’aide de quelques français et d’autres personnes, d’organiser un concert où les femmes pourront briller seules. Un concert où des européennes chanteraient avec des iraniennes, devant un public mixte. Hors la loi. Il faut défier le pouvoir. Il faut élever la voix, hausser le ton pour faire entendre ces femmes. La femme ! Quelle place pour celle-ci dans un régime qui tend à sa subordination ? Les théologiens martèlent les crânes afin de faire croire que la femme est poison, et trop les entendre serait dangereux. Evidemment. Trop entendre ceux qui subissent les coups d’un régime peut s’avérer dangereux. Sara se met en danger. Pour les femmes d’Iran. Et pour les femmes.

Derrière la caméra, son frère Ayat suit le parcours de sa sœur sur deux ou trois ans. Si longtemps ! On la retrouve confronter à la Guidance Islamique, palais de la censure, qui ne cesse de foutre des bâtons dans les roues de la téméraire iranienne. Le documentaire est flamboyant. Les poils s’hérissent quand la grâce des voix féminines s’élève. La gorge se noue parfois. La colère tempête aussi face au traitement accordé aux femmes. Si la Guidance Islamique trouve la voix des femmes trop sensuelle, qu’ils se castrent. Ayat et Sara signent un film important.

Ce film a été visionné et chroniqué dans le cadre du 6ème Festival 2 Valenciennes.

[vc_text_separator title= »SYNOPSIS ET INFOS » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]


No Lands’Song, un film d’Ayat NajafiEn Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes n’ont plus le droit de chanter en public en tant que solistes. Une jeune compositrice, Sara Najafi, avec l’aide de trois artistes venues de France (Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi), va braver censure et tabous pour tenter d’organiser un concert de chanteuses solo.

Sortie : le 16 mars 2016
Durée : 1h35
Réalisateur : Ayat Najafi
Avec : Sara Najafi, Parvin Namazi, Sayeh Sodeyfi
Genre : Documentaire, musical

[vc_text_separator title= »BANDE ANNONCE » color= »custom » border_width= »5″ accent_color= »#1e73be »]

NOS NOTES ...
Originalité
Scénario
Réalisation
Relativement petit, attendant sa grande heure.
No Land's Song, un documentaire de Ayat Najafi Dans ce documentaire, Ayat Najafi va mettre à l'honneur les femmes iraniennes et dans un domaine très précis, celui de la musique, plus précisément du chant vocal. La Révolution Iranienne de 1979 transforme le pays en république islamique....no-landssong-film-dayat-najafi

1 COMMENTAIRE

  1. Ce film est incroyable ! Sara Najafi mène un combat qui n’en finit pas et tout ça, juste pour faire un concert ! Juste pour que des chanteuses, françaises et iraniennes puissent chanter en public ! cela nous parait invraisemblable et pourtant c’est la triste réalité en Iran. Aujourd’hui. Et ce combat ressemble à une petite révolution, pour elle ! Ca fait froid dans le dos. Un seul bémol : on profite très peu des très belles voix de ces femmes. Comme si, en fait, l’important n’était pas là, mais bien dans le geste de désobéissance…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici