La Parisienne d’Alexandrie joue sur les souvenirs et l’émotion

La Parisienne d'Alexandrie
La Parisienne d’Alexandrie, Comédie Bastille

La Parisienne d’Alexandrie joue sur les souvenirs et l’émotion

Isabelle de Botton vient raconter son enfance dans l’Alexandrie mythique et multiculturelle qui a fait rêver le monde pendant des siècles. Nasser a obligé l’élite à s’exiler, parmi elle les parents de la petite Isabelle. Devenue une comédienne et scénariste renommée sur la scène parisienne, elle n’oublie pas et fait revivre un pan oublié de l’histoire moderne avec humour et émotion.

Un souvenir tenace

1956, la France, la Grande-Bretagne et Israël tentent d’empêcher la main mise du régime égyptien sur le Canal de Suez. La levée de boucliers de la communauté internationale transforme l’opération militaire en fiasco et incite Nasser à noyauter son pays en décapitant l’élite intellectuelle. Parmi elle, la famille de la petite Isabelle jouit d’un confort matériel certain et d’une longue histoire avec la ville d’Alexandrie. Cette ville glorifiée par Lawrence Durrell dans le Quatuor d’Alexandrie, objet de fantasmes et de récits d’aventure. Isabelle de Botton fait revivre les personnages de son enfance avec truculence, enchainant les imitations dans les rires bruyants de la salle.

Une histoire truculente

En racontant son histoire personnelle, elle fait revivre un temps où les religions cohabitaient sans soucis, où la tolérance tenait du mode de vie et où les nationalités se retrouvaient dans la cité antique. La famille juive d’Isabelle de Botton parlait français, anglais, italien, arabe ou juif sans distinction castratrice. Citoyens du monde au mode de vie méditerranéen, ils pensaient que leur vie serait éternelle. C’était sans compter sur les tourments politiques… Le parallèle avec l’époque actuelle crispée est inévitable et si Isabelle de Botton ne s’en prive pas, elle ne joue par le rôle de donneuse de leçon. Même dans les moments les plus noirs, elle ne se départit pas de ce recul salvateur, de cet humour qui fait inévitablement mouche.

La pièce se joue tous les mardis soirs à la Comédie Bastille dans une ambiance de joyeux brouhaha. La maitresse de cérémonie fait mouche et ravive une époque pas si lointaine en partageant souvenirs et réflexions avec malice.

Dates :  Tous les mardis à 19h jusqu’à fin 2016
Lieu : Comédie Bastille, (Paris)
Metteur en scène : Michèle Bernier
Avec : Isabelle de Botton

Note
Originalité
Mise en scène
Texte
Jeu de l'actrice
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here