3 comédiens font revivre l’espace d’1h20 un épisode méconnu de l’histoire de France, Napoléon absorbe le contenu d’une fiole de poison en espérant pouvoir se suicider. Dans le cadre du château de Fontainebleau, il se tort de douleur et échange avec le fidèle parmi les fidèles, le Général Caulaincourt. Le diplomate émérite cherche à savoir le contenu de ce verre posé sur la tablette, l’empereur refuse longtemps de répondre, s’en suit une querelle en tous points véridique avec des retours autant personnels que politiques sur la carrière d’un surhomme unique.

Une pièce historique et rythmée

La scène est presque vide, un divan, une chaise et une tablette apparaissent au milieu des personnages. Un homme claudiquant entre sur scène, une fièvre intolérable le fait délirer dans un soliloque incohérent, il réclame le repos, il semble réclamer la fin de tout son corps. Quand rentre à son tour le grand général Caulaincourt, aux favorites impeccablement dessinées et au port altier, l’intrigue de la pièce peut enfin se dérouler avec des dialogues au cordeau tirés de l’ouvrage de Philippe Bulinge publié aux éditions L’Harmattan. Napoléon a-t-il tenté de se suicider durant cette fameuse nuit de Fontainebleau, l’auteur s’est longuement documenté pour en tirer un ouvrage sérieux et une pièce passionnante. Le géant Napoléon, celui qui a soumis la nation française à sa volonté puis l’Europe entière, a du abdiquer et se prépare à un piteux exil sur l’île d’Elbe après la prise de Paris par les alliés coalisés. Les souverains qu’il a battus les uns après les autres ont eu finalement raison de lui, et il ne l’accepte pas. Les discussions abordent autant les sujets personnels – Joséphine, Marie-Louise, le roi de Rome – que l’oeuvre du législateur devenu tyrannique après 1808. La confession d’un homme blessé se fait avec force citations de Corneille et Racine, résurgences de la déplorable campagne de Russie et hostilité d’un homme qui refuse longtemps d’avouer son acte funèbre qu’il espère définitif. Car Napoléon gardait autour du cou un pochon contenant une fiole de poison capable de tuer deux hommes. Fournie par son médecin particulier, le docteur Yvan durant la fuite de Russie, l’empereur déchu enrage de souffrir autant sans parvenir à expier. Napoléon réclame une nouvelle dose… le reste appartient à l’histoire. Les 3 protagonistes brettent avec bonheur sur une scène réduite à l’essentiel pour un beau numéro d’acteurs de la compagnie Intersignes. Le texte est porté bien haut, les expressions sont au cordeau et l’intrigue parlera autant aux passionnés d’histoire napoléonienne qu’aux amateurs de théâtre intense.

Napoléon, la nuit de Fontainebleau est une pièce à ne pas manquer pour constater l’impasse d’un homme qui ne peut pas mourir, raccroché à la vie par un ultime accès d’orgueil.

Synopsis: Avril 1814. Napoléon, déchu et abandonné de tous, tente de se suicider. Un huis-clos théâtral historique et véridique. Quelques jours après sa première abdication et la fin de l’Empire, Napoléon, sans armée, abandonné de tous, déchu et désespéré, tente de se suicider. Un épisode historique et véridique, véritable huis-clos théâtral où se joue le destin d’un homme. Qui tente de mourir, cette nuit-là ? L’homme ou l’Empereur ? L’être tourmenté et épuisé ou la légende qui est née avec lui ? Peut-on laisser mourir Napoléon ? Peut-on l’aider à mourir ?

Détails: Spectacle du 24 Juin au 31 Juillet 2021 à la Folie Théâtre : 6 Rue de la Folie Méricourt – 75011 Paris (les mercredis et vendredis à 19h30 & les jeudis et samedis à 21h00)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici