Moi, Caravage illumine la scène du Lucernaire

Moi, Caravage
Moi, Caravage, de et avec Cesare Capitani, Théâtre Le Lucernaire

Moi, Caravage illumine la scène du Lucernaire

Le Lucernaire laisse carte blanche à Cesare Capitani pour une pièce tout en clair obscur. En mettant en lumière  l’existence brève mais intense d’un des peintres majeurs de la Renaissance, le metteur en scène et comédien italien privilégie l’épure et l’évocation pour un vrai jeu d’acteur. La vie est l’oeuvre de Caravaggio se dévoilent pendant 1h15 d’un spectacle captivant. La voix puissante du comédien et les airs italiens fredonnés par la comédienne donnent des airs de cathédrale à une confession tantôt truculente tantôt tragique. De quoi donner envie de découvrir à nouveau les chefs d’oeuvre du peintre italien.

Un géant de la peinture 

L’œuvre novatrice de Caravaggio révolutionna une Renaissance italienne déjà chargée en génies artistiques. Après Leonardo da Vinci, Michelangelo et Raphaël, Le Caravage creusa le sillon de la peinture avec ses représentations ultra réalistes, à la limite du brutal et exemples parfaits d’une utilisation lourde de sens du clair obscur. Si son oeuvre s’est inscrite dans l’éternité dés son vivant, son existence ne manqua pas de péripéties dramatiques. Pour retranscrire le caractère jusque boutiste du peintre, Cesare Capitani ne se ménage pas et multiplie les anecdotes. Il revêt les oripeaux du peintre de sa prime jeunesse milanaise jusqu’à son éclosion romaine. Les plus prestigieux commanditaires lui ont commandé des oeuvres rentrées dans la légende sans que Caravaggio ne cède jamais à la facilité ou au compromis.

Des oeuvres décortiquées

Le comédien révèle les secrets les plus surprenants d’oeuvres aux sujets classiques mais aux traitements anti conformistes pour l’époque, sources de nombreuses inimitiés. Le récit du comédien fascine tant il incarne un peintre bousculé par une omniprésente inquisition et des élans personnels irrépressibles. La pièce est jouée en italien tous les mardis et la langue de Dante est abondamment utilisée pour étayer les situations de plus en plus dramatiques. Le sombre peintre est confronté à des personnages incarnés par la comédienne près de lui, tantôt masculins, tantôt féminins. Connivence et défaveur s’alternent dans une danse tragique qui mènera le peintre à une fin funeste, prévisible et acceptée.

La salle remplie jusqu’au plafond a réservé un triomphe aux deux protagonistes. Ce Moi, Caravage ravira les amoureux de peinture et de prestations enflammées. De quoi repenser à cette pièce de longues heures après sa fin.

Dates :  du 11 janvier au 12 mars 2017
Lieu : Le Lucernaire (Paris)
Metteur en scène : Cesare Capitani
Avec : Cesare Capitani, Laetitia Favart ou Manon Leroy

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here