A peine j’ouvre les yeux, un film de Leyla Bouzid

A peine j’ouvre les yeux, un film de Leyla Bouzid

A peine j’ouvre les yeux, un film de Leyla Bouzid

Leyla Bouzid réalise un excellent film sur son pays, la Tunisie. A peine j’ouvre les yeux est son troisième long métrage. Elle va surtout filmer la jeunesse tunisienne mais avant la Révolution, avant le Printemps arabe. L’histoire se situe volontairement en 2010, alors que Ben Ali est encore au pouvoir. Mais Leyla a écrit le scénario de son film bien après le départ de Ben Ali. Alors que la plupart des réalisateurs se sont centrés sur la Révolution, son désir à elle étaient de montrer la réalité de la vie quotidienne sous la dictature de Ben Ali, en particulier, la vie des jeunes, à travers l’histoire de cette jeune adolescente, Farah.

Farah est une jeune fille, brillante, qui vient de passer son bac. Elle chante avec un groupe de musiciens. La musique est belle et les paroles sont des vérités crues sur leur pays, vérités que personne n’ose dire. Farah chante pour faire passer ses émotions, sa révolte. Mais sa mère a peur. Elle veut protéger sa fille car elle, elle sait qu’elle se met en danger en chantant ainsi. Elle s’expose sans s’en rendre compte. Elle lui interdit donc de rejoindre son groupe et tente de l’enfermer chez elle. Bien sûr, Farah étouffe, et réussit à s’enfuir. La suite de l’histoire donnera raison à la mère de Farah. Ce film pourrait presque être un documentaire car très proche de la réalité. Plusieurs faits sont réellement arrivés à la réalisatrice. Ce film est un film vrai, sincère et de ce fait, il a été très bien perçu en Tunisie où il a remporté 4 prix.

Ce film est un film vrai, sincère, poignant

Farah est merveilleusement interprétée par Baya Medhaffar. Lors d’une avant-première, c’est elle-même qui a présenté ce film A peine j’ouvre les yeux. Impossible de ne pas poser de questions sur la situation actuelle de la Tunisie. Et ce que nous a révélé Baya fait froid dans le dos. La situation des tunisiens est encore pire aujourd’hui qu’au temps de Ben Ali. Et du fait des attaques terroristes, tout est bon aujourd’hui pour mettre les jeunes en prison. 7000 jeunes seraient en prison juste pour avoir fumer un joint. Les libertés personnelles sont restreintes. Les jeunes sont toujours empêchés de chanter, de créer. Comme dans le film, les indics sont partout, y compris au milieu de vos amis. Donc, chacun se méfie de tout le monde. Les scènes au commissariat de police sont assez proches de la réalité, mais en plus soft. Il est clair que beaucoup de personnes ont été torturées et sont marquées à vie si elles s’en sont sorties vivantes.

Petit bonus sur le film A peine j’ouvre les yeux  : les scènes de musique, composée par Khyam Allami, sont toutes tournées en live, avec un groupe composé de professionnels, excepté Baya. La mère de Farah est, dans la vraie vie, une grande chanteuse connue en Tunisie, qui fait beaucoup de concerts, Ghalia Benali . Et dans ce film, elle joue le rôle d’une mère qui interdit à sa fille de chanter ! Le comble ! Mais c’est une interprète remarquable ! La fin du film A peine j’ouvre les yeux est d’une très grande beauté. Ces deux visages mère-fille, sont bouleversants d’amour et d’intimité.

Baya est une jeune femme qui porte le film sur ses épaules. Un très beau film sur la jeunesse et leur pouvoir de créativité. Non seulement Baya Medhaffar est une excellente actrice, mais elle est aussi une personne qui connaît parfaitement l’histoire de son pays, qui en parle avec une maturité inouïe et avec la fougue de la jeunesse. Retenez bien son nom, vous en entendrez parler certainement très prochainement, dans le monde du cinéma. Car Baya veut devenir réalisatrice !

A peine j’ouvre les yeux a reçu déjà de nombreux prix, non seulement en Tunisie, mais aussi à plusieurs festivals : la Mostra de Venise, 2 prix dont celui du meilleur film européen, et aussi 3 prix au festival de Saint Jean de Luz 2015 : meilleur film, public et meilleure interprétation féminine.

Quant à Baya Medhaffar, on la reverra peut-être aux … César ? C’est tout ce qu’on peut lui souhaiter car elle est tout simplement prodigieuse avec le pouvoir de vous faire rire ou pleurer.

[vc_text_separator title=”SYNOPSIS, INFOS ET BANDE ANNONCE” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière.
Elle chante au sein d¹un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.

Sortie : le 23 décembre 2015
Durée : 1h42
Réalisateur : Leyla Bouzid
Avec : Baya Medhaffar, Ghalia Benali, Montassar Ayari
Genre : Drame

[vc_text_separator title=”NOS DERNIERS FILMS COUPS DE COEUR” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Note
Originalité
Scénario
Réalisation
Jeu des acteurs
Avatar
En fonction depuis 2010, Bénédicte est notre directrice déléguée. Elle partage son expertise en de nombreux domaines. Elle dévore les livres comme d'autres dévorent le chocolat. Responsable des rubriques Littérature et Cinéma, elle gère aussi les opérations concours réalisées avec nos partenaires. Elle est notamment membre de l'Union des Journalistes de Cinéma (UJC).

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here