Michael Jackson s’affiche au Grand Palais dans l’exposition on the Wall

Michael Jackson on the Wall
Michael Jackson on the Wall, Grand Palais

Michael Jackson s’affiche au Grand Palais dans l’exposition on the Wall

Michael Jackson, le mythe, l’icône, la figure pop qui inspire tous les artistes, le chanteur unique, le danseur hypnotique, c’est un peu chacune de ces facettes que revisite l’exposition qui s’ouvre au Grand Palais le 23 novembre 2018 jusqu’au 14 février 2019. L’artiste en tant que tel n’est abordé frontalement qu’à l’occasion à travers d’images de concert ou de photographies. L’exposition s’appesantit surtout sur des oeuvres d’artistes qui tentent de décortiquer l’influence monumentale de MJ sur la société contemporaine. 9 ans après sa disparition, l’exposition ressuscite la légende pour un bon shoot de nostalgie pour ceux qui ont vécu les années 80 et 90. Et un revival vivifiant pour ceux qui ne l’ont pas connu.

Michael Jackson, un artiste inspirant multiplié à l’infini

Le premier artiste à avoir capté le mythe fut Andy Warhol en 1982, lorsque l’album Thriller sorti pour mettre le monde à genou devant le génial chanteur et danseur afro-américain, révélé par les Jackson five à la fin des années 60 et décidé à percer en solo. L’exposition du Grand Palais revisite par le biais d’artistes contemporains les différentes facettes du mythe Michael Jackson. Car il fut et est toujours une source d’inspiration, picturale, artistique et culturelle. Photos, calligraphies, peintures et vidéos se succèdent dans un parcours d’abord surprenant, voire déroutant, car n’importe quel quidam s’attendrait surtout à un défilé de pochettes d’albums et de photos de magazines. Or l’explosion On the Wall va beaucoup plus loin en invoquant David LaChapelle, KawsYan Pei Ming et une quarantaine d’autres artistes contemporains qui ont décidé de s’approprier l’image de la personnalité publique, tentant de l’approfondir voire de se l’approprier ou de la détourner. Michael Jackson s’affiche partout car le personnage a imprimé une marque si profonde dans l’esprit de ses contemporains qu’il en est forcément resté quelque chose de profondément gravé en chacun des visiteurs. Et quand les images du concert de Bucarest en 1992 pour le Dangerous Tour  apparaissent sur un écran, l’évidence se fait jour. Les fans tombent comme des mouches, en état second d’extase catatonique, débarqués par un service d’ordre à la limite de la rupture. Car MJ faisait cet effet là, un être humain véritablement surhumain, divinisé autant qu’hyper sexualisé. En même temps qu’il est devenu complètement androgyne au fur et à mesure de ses transformations physiques, Michael Jackson a gardé ce pouvoir de fascination, et c’est vraiment l’impression imprimée dans l’esprit à la sortie de l’exposition. MJ était une inspiration, un être humain parvenu.

Le Grand Palais organise une exposition qui révèle les multiples facettes du mythe Michael Jackson. La photo qui orne l’entrées de l’exposition avec un MJ à cheval rappelant Louis XIV donne le ton. Michael Jackson: on the Wall ne fait pas dans la facilité mais demande de s’immerger dans les visions artistiques suscitées par le personnage publique. Car l’artiste n’est pas qu’un avatar américain de plus à la manière de Mickey Mouse ou Michael Jordan. Et c’est à chaque visiteur de se faire sa propre opinion.

Dates : du 23 novembre 2018 au 14 février 2019
Lieu : Grand Palais (Paris)
Entrée : 13 €

GALERIE PHOTOS

Michael Jackson: on the wall
Michael Jackson: on the wall, David Lachappelle, An illuminating Path

Michael Jackson: on the wall
Michael Jackson: on the wall, Andy Warhol,

Michael Jackson: on the wall
Michael Jackson: on the wall, Appau Junior Broakye-Yiadom, P.Y.T

Michael Jackson: on the wall
Michael Jackson: on the wall, Yan Pei Ming, In Memory

Note
Richesse de l'exposition
Plaisir de la visite
Plaisir du parcours
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here