Les règles du jeu d’Alexander Ekman à l’Opéra de Paris

Les règles du jeu d’Alexander Ekman à l’Opéra de Paris
Opéra National de Paris – Alexander Ekman-Play © Ann Ray

Les règles du jeu d’Alexander Ekman à l’Opéra de Paris

Le suédois Alexander Ekman, chorégraphe surdoué, est connu pour son travail inventif qui décloisonne les frontières de la danse pour investir une théâtralité, une énergie et un rapport à l’espace percutant.

Il a fait ses gammes au Ballet Royal suédois. Sa carrière l’a amenée à travailler pour le Nederlands Dans Theater et le Ballet Cullberg. Il s’est ensuite consacré à la chorégraphie dont les compagnies s’arrachent les œuvres.

Avec Play, il convoque sur le plateau 37 danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris et nous invite à redécouvrir l’excitation du jeu et de son expérimentation foisonnante, décomplexée, et si propre à l’enfance.

Une traversée où les adultes à partir de l’enfant qu’ils furent se ressaisissent, non pas de ce paradis perdu, mais de cette capacité ludique d’être au monde.

Le sens du jeu et de la danse

La partie commence sous un décor et des costumes blancs à l’exception d”un pull orange porté par le génial Simon Le Borgne. Le ton est donné entre espièglerie et lâcher prise où les danseurs et danseuses s’éclatent avec toutes sortes d’objets, dont la fameuse piscine à boules.

Les jeux font la part belle à une ligne chorégraphique à la fois pulsative, légère, fragmentée, cinétique, en un mot : inspirante, où la partition pop/jazz de Mikael Carlsson cadence chaque interprète.

Dans l’acte II, la féérie passe au noir car le conditionnement reprend ses droits et ses règles avec un travail aliénant et une compétition effrénée.

Mais c’est sans compter sur le désir d’être enfin heureux et à l’écoute de cette mémoire d’enfance, vive et libératrice, pour un happening final auquel le public participe allègrement.

La troupe se montre parfaite, en osmose, entre duos et moments de groupe propices à l’effusion des corps et à des entrées et des sorties aussi fluides que rythmées.

Un spectacle total où la scénographie, la musique, la dramaturgie et les compositions font corps pour imprimer à la danse un élan collectif et singulier.

[vc_text_separator title=”INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Dates : du 6 au 31 décembre 2017 l Lieu Palais Garnier (Paris)
Chorégraphe : Alexander Ekman

Note
Originalité
Scénographie
Chorégraphie
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here