Un épisode mal connu de l’histoire de France ravivé dans Les damnés de la commune, tomes 2 et 3

Les Damnés de la commune, Raphaël Meyssan, Delcourt

Après le tome 1 A la recherche de Lavalette paru en novembre 2017, les tomes 2 Ceux qui n’étaient rien et 3 Les Orphelins de l’histoire permettent de savoir ce que sont devenus Victorine et Lavalette, principaux protagonistes romancés de la Commune de Paris qui s’étala tout au long de 72 journées remplies d’abord d’espoir puis de terreur. Raphaël Meyssan utilise des gravures contemporaines des évènements pour illustrer cette histoire d’amour, de liberté et de désillusion. Une BD véritablement incontournable.

La grande histoire ravivée

La date du 18 mars 1871 restera à jamais éternelle. C’est le moment unique dans l’histoire de France où la Commune de Paris est proclamée place de l’Hôtel de Ville. La révolution qui débute laisse place à des élections, à des célébrations perpétuelles et finalement à un bain de sang quand les troupes versaillaises loyalistes investissent la ville 72 jours plus tard. La BD a donné lieu à une véritable enquête de l’auteur dans les archives et s’illustre à travers des premiers livres déjà très aboutis. 6 années ont été nécessaires pour finaliser l’enquête menée sur les personnages et rassembler l’immense iconographie nécessaire à la narration. Son travail fouillé et minutieux fait écho à d’autres auteurs connus pour l’acuité de leurs bandes dessinées documentées, Joe Sacco en tête, Etienne Davodeau également. Les influences dépassent parfois l’univers stricto sensu de la bande dessinée, rappelant des séries historiques d’investigation. C’est également une référence explicite à la mode du roman feuilleton très en vogue au XIXe siècle, avec toujours le souci de l’authenticité historique. Le lecteur voit la colline de Montmartre avant la construction de la basilique et l’impressionnant incendie des Tuileries. L’épisode final dévoile les épisodes douloureux de la semaine sanglante au travers de gravures de l’époque avec son cortège de fusillades et d’exactions en tous genres. La BD se parcourt comme un précieux témoignage d’une époque où les troupes ne faisaient pas de détail pour écraser ce qui était considéré par beaucoup comme un soulèvement populaire dangereux de la population. Il en reste tout de même l’image d’une histoire romantique où les libertés ont été hissées bien haut pour faire s’imposer les idées du peuple. Comme le montrent les gravures, l’espoir a été aussi fou que la répression a été sanglante. Une BD historique qui mérite la découverte pour un beau moment de lecture.

Mot de l’éditeur: Ils ont eu soixante-douze jours pour renverser le roman national. À présent, Victorine, Lavalette et les Communards affrontent une armée. La Semaine sanglante a commencé. Avec les mots et les images de l’époque, ce livre retisse les fils de notre histoire. Pour nous, les orphelins de l’histoire, les enfants perdus de la Commune.

Editeur: Delcourt

Auteur: Raphaël Meyssan

Prix/Pages: 23,95 euros, 176 pages

Note
Originalité
Qualité de la bande dessinée
Plaisir de la lecture
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here