Les Elans se lâchent au Lucernaire

Les Elans ne sont pas toujours des animaux faciles
Les Elans ne sont pas toujours des animaux faciles, mise en scène Laurent Serrano

Les Elans se lâchent au Lucernaire

Un trio survitaminé manie l’absurde et le non sense pendant 1h20 de spectacle énergique et truculent. Les scènettes s’enchainent dans un rythme endiablé avec situations absconses et épilogues musicaux animés par des prestations entrainantes.

Déjà présents sur la scène du Lucernaire en 2014, les Elans sont de retour pour apporter toujours plus de joie à un public qui en redemande. Absence de logique et situations délirantes sont narrées avec truculence par un trio de vieux amis qui philosophent sur leurs existences respectives, avec toujours l’art de tout mettre en musique. Entre femmes, espoirs de voyages et bouteilles de whisky, la discussion s’enfonce dans un salmigondis délirant et toujours enjoué.

Des textes à la limite du n’importe quoi (assumé)

Les discussions de comptoir mélangent loufoquerie et absurde dans un sens aigu de la démesure. Ces 3 amis ne s’embarrassent d’aucun bon sens pour perdre le spectateur dans un labyrinthe ubuesque de bizarreries échevelées. Le public en redemande. Et comme toute histoire se finit en chansons, l’ambiance passe du théâtre de boulevard au cabaret par la magie d’un piano, d’une guitare et d’une basse de fortune maniés avec dextérité.

Du Music Hall anglo-francophone

Les discussions débouchent immanquablement sur des numéros de cabaret mi-picaresques mi-didactiques. Comme des enseignements concluant les palabres, les musiques élèvent le débat et réunissent des personnages rarement d’accords. Et les numéros musicaux invoquent autant la Chanson d’Automne de Verlaine que le Summertime Blues d’Eddie Cochrane dans un savoureux mélange des genres. Entre poésie et humour décalé, la pièce navigue dans une bonne humeur constante.

Et c’est le souvenir persistant qui reste plusieurs heures après. Sourires et humour agrémentent ce moment d’humour d’une chatoyante joie de vivre. L’ambiance est gentiment éthylique et sacrément réussie pour se sortir du quotidien. L’automne approche ? Eh bien chantons le!

Dates :  du 24 aout au 6 novembre 2016
Lieu : Lucernaire (Paris)
Metteur en scène : Laurent Serrano
Avec : Pascal Neyron ou Vincent Jaspard, Benoit Urbain, Emmanuel Quatra

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here