Gilles Taquet continue à proposer des expositions de qualité dans la galerie Roger-Viollet. Après Paris 1900 et il offre à l’artiste multiformat Michel brand l’occasion d’exposer ses sculptures dans un déroulé fascinant intitulé Signaux de piste. Les visites sont possibles depuis le 2 septembre jusqu’au 2 octobre. Petit tour du propriétaire.

Du bois rare et de la pierre rare

La galerie Roger-Viollet présente une vingtaine de sculptures de l’artiste Michel Brand dans un parcours qui laisse au visiteur l’esprit libre pour admirer l’alliance d’essences de bois venues d’Afrique et de Guyane avec des pierres rares dans des assemblages faits à la main. Car Michel Brand est un artiste plasticien aux larges talents. Né en 1951, il réalise des peintures et des sculptures à son rythme dans son atelier de Dordogne. Admirateur des oeuvres de Pagès et Christo, Michel Brand aime à faire corps avec les matériaux, les travaillant avec patience et application, dans le respect des particularités physiques pour arriver à un résultat qui interpelle. Oeuvres massives ou tout en verticalité, l’absence de titre laisse libre cours à l’imagination de l’observateur. Badi et ébène, granit et azobé, Amarante et Amazonite, la pierre et le bois s’articulent dans un équilibre fascinant, souvent sur le point de tomber mais assemblés dans une fluidité totalement équilibrée. Les sculptures ont été créées ces 2 dernières années et demi. Alors qu’une période consacrée aux art premiers va s’ouvrir pour les galeries de Saint-Germain-des-Prés, cette exposition fait sens. Les oeuvres peuvent être visitées, et même achetées pour ceux qui peuvent se le permettre. Les formes en hampes, totems, insignes de tribus, sagaies ou phurbus (bâton rituel de chamane) représentent une nouvelle période où l’artiste Michel Brand diplômé d’anglais mais tout dévoué à son art a cherché l’équilibre et la contemplation plastique.

Padouk, granit, amarante, azobé, jaspe, iroko, ébène, marbre ou palissandre se côtoient avec des oeuvres poncées avec patience pour obtenir des oeuvres stylisées à l’extrême. Les bois sont homogènes et sans veinage, les pierres sont dures avec des couleurs texturées et subtiles. Les couleurs sont fascinantes, de quoi donner envie de les admirer au 6 rue de Seine dans le 6e arrondissement de Paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici