Mélanie Doutey et Michel fau : un couple à bout de souffle mais pas que !

Mélanie Doutey et Michel fau : un couple à bout de souffle mais pas que !
Douce-Amère de Jean Poiret – Photo © Marcel Hartmann –

Mélanie Doutey et Michel fau : un couple à bout de souffle mais pas que !

Il faut se méfier d’une pièce de boulevard car elle peut en cacher une autre et révéler sur un ton faussement léger, un questionnement sur le sentiment amoureux, son fantasme et sa cruauté. La pièce date de 1970. L’auteur Jean Poiret est à son aise entre causticité et pince-sans-rire pour vilipender la relation humaine et son rapport de force, entre manipulation et séduction.

Elizabeth (Mélanie Doutey) et Philippe (Michel Fau), en couple depuis 8 ans, ne s’aiment plus. Éprise de liberté et d’indépendance, elle cherche de nouvelles conquêtes. Pour y arriver, elle va enchaîner les prétendants, du jeune homme inexpérimenté à l’amant charnel, sous les yeux et l’encouragement de son mari qui ne manquera pas de scruter la personnalité de ses prétendants à l’aune de la sienne ! Un manège sentimental qui ne sera pas sans conséquence.

Un univers psychédélique et sophistiqué

A l’abri d’un texte drôle, féroce et ciselé, Jean Poiret se moque jusqu’à l’absurde des rapports de force entre les protagonistes qui voient chacun des personnages se confronter à leurs certitudes et à leurs illusions sentimentales.

Michel Fau n’a pas son pareil pour s’emparer avec inventivité et exigence de ce théâtre psychologique à l’écriture incisive mais toujours élégante, mâtinée de dérision, où la cruauté des sentiments se révèle implacable.

Psychédélique et sophistiquée, la mise en scène se joue à merveille des répliques et du ton décalé des situations, aiguisant à bonne distance toute la force comique et spirituelle du texte.

Le décor très seventies et stylisé de Bernard Fau soutient sur la bande-son “comme d’habitude” de Claude François qui revient en leitmotive, le rythme et la mécanique du vaudeville à plusieurs registres.

Michel Fau excelle en mari envahissant et intriguant tandis que Mélanie Doutey est touchante de fantaisie mutine où entre audace et espièglerie, elle incarne une femme libre et paradoxale.

[vc_text_separator title=”INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Dates : du 16 janvier au 22 avril 2018 l Lieu Aux Bouffes-parisiens (Paris)
Metteur en scène : Michel Fau

 

Note
Originalité
Scénographie
Mise en scène
Jeu des acteurs
Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here