American Honey dévoile la duplicité du rêve américain

American Honey
American Honey, film de Andrea Arnold, Copyright Robbie Ryan

American Honey dévoile la duplicité du rêve américain

American Honey confronte les réalités de l’Amérique actuelle à ses mythes ancestraux. Quand la jeune Star (fascinante Sasha Lane) rencontre Jake (surprenant Shia LaBeouf) et ses potes, elle pense pouvoir quitter pour toujours sa vie frustrante et partir sur la route en toute liberté. A la manière des pères fondateurs, elle veut construire sa vie et surtout s’éclater chaque jour. A la manière d’un road trip musical, Andrea Arnold propose un conte fascinant porté par une histoire forte et des jeunes acteurs épatants. Certains critiqueront la durée excessive du film (2h43!), mais il faut bien ça pour faire se confronter grandes espérances et mur de la réalité.

Une ode à la liberté… contrôlée

A 17 ans, tout semble possible. Andrea Arnold met en exergue la réalité du rêve américain avec ses centres commerciaux immenses et ses possibilités infinies de jouissance via la consommation de masse. Pourtant quelque chose semble clocher. Les visages sont fermés, les attitudes sont compassées, il n’y a qu’un petit groupe de jeunes qui font du bruit et expriment leur envie de vivre. C’est le début de l’aventure pour Star, fascinée par cet exemple fascinant de lâcher prise. Enrôlée dans l’aventure, elle va découvrir les règles et les contraintes nécessaires pour régir la vie en communauté et éviter l’anarchie. Sous une apparence de fable libératrice, American Honey manie le chaud et le froid avec tact et subtilité. Pour une aventure de 2h43 qui accumule les moments de grâce. Nombreux sont ceux qui acclament une bande son hyper variée, américaine en diable, avec des perles hip hop, rock et techno euphorisantes.

Sous la liberté, la frustration

Malgré les possibilités infinies de profiter de l’aventure, Star ne se départit jamais d’une moue boudeuse qui reflète sa frustration intérieure. Partie pour une aventure sans limites, elle doit supporter les menaces de la cheffe Krystal (anxiogène Riley Keough) et la duplicité de Jake. Le capitalisme insère ses règles jusque dans les tentatives d’y échapper et le petit gang de potes doit gagner sa croute pour permettre à l’équipée de continuer. En confrontant plages de jubilation et moments de doute, la réalisatrice touche autant à l’onirisme qu’à la réalité sociale. Les jeunes sont transformés en travailleurs laborieux et sont dominés pour échapper aux habituels corps asservissants de la société, famille et entreprise. Ils changent de maitre mais n’échappent pas au destin des masses.

American Honey subjugue en jouant avec les codes de la société. Sasha Lane fait une entrée fracassante dans le monde hollywoodien et devrait vite réapparaitre dans d’autres films. La réalisatrice de Fish Tank réussit un coup de maitre récompensé par le Prix du Jury lors du 69e Festival de Cannes. Amplement mérité!

SYNOPSIS ET INFOS

American Honey
American Honey

Star, 17 ans, croise le chemin de Jake et sa bande. Sillonant le midwest à bord d’un van, ils vivent de vente en porte à porte. En rupture totale avec sa famille, elle s’embarque dans l’aventure. Ce roadtrip, ponctué de rencontres, fêtes et arnaques lui apporte ce qu’elle cherche depuis toujours: la liberté ! Jusqu’à ce qu’elle tombe amoureuse de Jake, aussi charismatique que dangereux….

Sortie : le 8 février 2017
Durée : 2h43
Réalisateur : Andrea Arnold
Avec : Sasha Lane, Shia LaBeouf, Riley Keough
Genre : Drame, Comédie

BANDE ANNONCE

Note
Originalité
Mise en Scène
Réalisation
Jeu des acteurs
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

1 commentaire

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here