Des années 70 à nos jours… mise en scène de Julie Deliquet avec le collectif In Vitro, à Paris et Saint-Denis

679974-sabinebouffelle1

© Sabine Bouffelle
Festival d’Automne, Théâtre des Abbesses à Paris jusqu’au 28 septembre et Théâtre Gérard-Philipe, à Saint-Denis, du 2 au 12 octobre.

Créé en 2009, le collectif In Vitro explore les histoires de famille, de transmission, de génération qu’il questionne autour d’une table, élément central dans le dispositif de Julie Deliquet expérimentant un théâtre du réel, où le lâcher prise de la situation se dispute aux règlements de comptes.

A la fois drôle, juste et ravageur, ce regard d’aujourd’hui porté sur ces années qui ont marqué bien plus qu’une génération témoigne d’une scène théâtrale aussi enthousiasmante que réjouissante

C’est un voyage dans le temps auquel nous sommes conviés avec trois pièces entrecoupées d’un entracte où une génération s’adresse à une autre pour remonter le cours du temps, des années 70 à nos jours. Et c’est une réussite où chacun des  longs plans séquence communs aux 3 spectacles, à la scénographie sobre, donne tout son sens à la maitrise, à l’extrême acuité et à l’énergie du collectif.

63974-la_noce_113

Ca commence avec “La Noce” de Bertolt Brecht transposée dans les années 70 qui voit les convives de moins en moins à la fête…, où – entre les histoires glauques du père de la mariée, les aveux de cette dernière enceinte, les mauvaises plaisanteries et les provocations des uns et des autres – les certitudes s’effondrent à l’instar des meubles fabriqués par le marié.

Une fuite en avant aussi cruelle que désespérément humaine investie de concert par chacun des acteurs au plus près du réel et de sa vérité première dans un jeu intense, instantané et direct où s’annhile la barrière entre le comédien et le spectateur.

63974-derniers_remords_211

On poursuit avec « Derniers remords avant l’oubli », de Jean-Luc Lagarce qui met en scène un trio qui s’est aimé dans les années 70 avant de se séparer.

Pierre, Paul et Hélène ont vécu ensemble il y a vingt ans. Après le départ de Paul et d’Hélène, Pierre est resté seul dans la maison commune. “Je n’ai rien fait, je suis resté là. Je gardais cet endroit, ici. C’est là que nous avons vécu et rien d’autre”. dit celui-ci. Paul et Hélène, eux, se sont mariés séparément, ailleurs. Aujourd’hui, ils reviennent chez Pierre encombrés de leurs nouvelles familles, pour débattre du devenir de cette maison. Hélène a besoin d’argent.

De nouveau tous réunis, ils vont revenir sur les traces de leur histoire où le passé mis à mal fait naitre les tensions, exacerbe les ressentiments, et cristallise les non-dits, asphyxiant l’espace des retrouvailles.

Le collectif est à l’œuvre où il impose son rythme et la proximité du texte dans son appropriation immédiate.

La langue est bousculée et va permettre à chacun des six protagonistes d’exposer son point de vue et de défendre sa position.  En prolongeant la parole de l’auteur au delà de ce qui est énoncé, on scrute l’insondable de l’écriture que la mise à nu sous tend très justement.

Dans une œuvre où se consument les rancœurs et les actes manqués, le procédé est efficace où les sous-entendus et les silences participent aussi au règlement de comptes qui se joue.

Dans cette mise en abîme très vivante où le verbe court de Lagarce qui procède par incises – les personnages reprenant sans cesse ce qu’ils viennent de dire en le modifiant – ce qui lui imprime une cadence fragmentée, on est suspendu à ces échappées verbales révélatrices chez les personnages de leur mauvaise foi, de leur lâcheté, de leur faiblesse et de leur orgueil ou chacun de nous peut se reconnaitre.

Cet impératif de vérité donne également toute sa place à la dérision et au décalage des situations décrites qui, par delà le rire qu’elles provoquent, n’en sont pas moins empreintes de gravité.

Par delà l’emportement qui assaillent les personnages, un sentiment de résignation et de solitude se fait jour où le pragmatisme de la vie a balayé implacablement les idéaux et dénaturé les complicités d’hier.

Et le collectif donne à ressentir au delà des mots, des gestes, et des regards, la prose tragique mais tendrement élégiaque du grand dramaturge.

63974-in_vitro_nous_sommes_seuls_5270_bd_sabine_bouffelle

On termine avec “Nous sommes seuls maintenant”, une création collective réimprovisée chaque soir, où quand une génération qui voulait changer le monde se confronte à ses idéaux recyclés dans un face à face générationnel.

On retrouve le fil rouge de la table et du repas dans une maison secondaire des Deux-Sèvres au début des années 90. Du grand-père à la petite fille, en passant par les amis, le reste de la famille, on s’attroupe sans modération autour de la table de François et Françoise, les parents de Bulle, qui rêvent d’un nouvel avenir à la campagne.

Il y a Marie-Pierre, Catherine et Jacques, Daniel exploitant agricole, Georges, gaulliste pur et dur, qui enrobe ses valeurs d’une poésie de gauche, Carmen et Michel Bandini qui rit beaucoup quand il ne sait pas quoi dire.

On y évoque un passé qui ressurgi avec Sullivan, un vieux copain argentin qui les a accompagnés dans leur combat contre la dictature chilienne.

Mais qu’y a t’il d’authentiquement sincère dans ces utopies militantes ? Qu’y a t’il de sincèrement authentique ? car elles renferment à l’abri d’un jeu de la vérité aussi infernal qu’implacable, initié entre les invités, le poids des non-dits, des déceptions, des frustrations et des illusions perdues.

Les personnages sont parfaitement caractérisés et les situations familières bien senties au gré d’une mise à nu vacharde des protagonistes.

A la fois drôle, juste et ravageur, ce regard d’aujourd’hui porté sur ces années qui ont marqué bien plus qu’une génération, témoigne d’une scène théâtrale aussi enthousiasmante que réjouissante…

Amaury Jacquet
Si le droit mène à tout à condition d'en sortir, la quête du graal pour ce juriste de formation - membre de l'association professionnelle de la critique de théâtre de musique et de danse - passe naturellement par le théâtre mais pas que où d'un regard éclectique, le rédac chef rend compte de l'actualité culturelle.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here