Spotlight
Spotlight – Michael Keaton et Rachel McAdams dans Spotlight ©Kerry Hayes / Open Road Films

Spotlight, film rigoureux mais limité de Tom McCarty

Entouré d’un buzz tout hollywoodien et nommé à cinq reprises aux Oscars 2016, Spotlight revient sur un scandale majeur révélé par les équipes du journal The Boston Globe au début des années 2000. Travail d’enquêteurs, chausse trappes, tentatives d’étouffer l’affaire, force de caractère, les moindres détails sont abordés avec rigueur et intelligence. La révélation au grand jour d’un secret de polichinelle en plein coeur de l’église catholique bostonienne sert de canevas à un film d’investigation sérieux mais finalement limité. Explications.

L’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef au Boston Globe donne l’impulsion nécessaire pour relancer une enquête sur les témoignages d’adultes abusés par les membres du clergé. Au fur et à mesure des recherches, les quelques cas connus se révèlent être l’arbre qui cache la forêt. L’équipe Spotlight chargée de l’enquête n’imaginait pas l’ampleur du phénomène.

Le film de Tom McCarty suit les pérégrinations de l’équipe d’enquêteur du Boston Globe pendant deux heures. Et quels enquêteurs! Les acteurs choisis pour le film donnent une épaisseur à ce qui n’aurait pu être qu’un film d’investigation de plus. Certains sont d’ailleurs à juste titre nommés aux OscarsMark Ruffalo mène avec talent une carrière bicéphale entre blockbusters bankable (Hulk dans Avengers, Insaisissables) et films d’auteur plus confidentiels (FoxcatcherDaddy cool, New York Melody). Rachel McAdams a gagné ses galons de star avec des prestations remarquées (A la merveille, True Detective saison 2, La rage au ventre, Un homme très recherché). Michael Keaton est revenu à l’affiche après son rôle marquant dans Birdman. John Slattery quitte ses habits de Roger Sterling dans Mad Men pour s’essayer au grand écran. Des têtes d’affiches bien connues qui donnent une ampleur particulière à Spotlight, le faisant quitter les habits de film rêche pour un vrai moment de cinéma.

Du début à la fin, Spotlight insiste sur l’impossibilité pour l’équipe d’enquêteurs de ne pas s’impliquer émotionnellement dans l’enquête. Ce qui débute comme une enquête lambda évolue très vite vers un dossier choc aux ramifications sociales complexes. Ce ne sont pas quelques membres isolés du clergé qui sont mis en cause, mais plusieurs dizaines, avec un nombre potentiel incalculable de victimes. Pour évoquer cette situation entre ubuesque et tragique, Tom McCarthy fait preuve d’une sobriété totale. Absence d’effets visuels tape à l’oeil, musique discrète. Sans les artifices habituels, Spotlight met le focus sur les acteurs et leurs expressions. L’économie de moyens est au diapason du sérieux du sujet évoqué. Pour une atmosphère paranoïaque et pesante.

[Spotlight] n’est ni original ni inoubliable.

Spotlight rappelle évidemment l’éternel Les Hommes du Président, le film est d’ailleurs évoqué comme un clin d’oeil. Les pressions politiques et sociales pour garder le sujet sous le tapis ne manquent pas. En plein coeur de l’Amérique catholique, l’église est partout et s’investit dans toutes les strates de la société. La portée sociale du scandale potentiel n’effraie pas des journalistes obnubilés par la quête de vérité. Et c’est ce qui relativise un peu la portée du film. Les journalistes sont en croisade pour une juste cause. Et le film ne s’élève qu’assez peu de cette dimension d’obnubilation grandissante. Les journalistes vivent pour leur dossier, ne pensent plus qu’à ça. Et quand survient le 11 septembre, on sent une déception chez ceux qui doivent changer de sujet pour coller à l’actualité. Peut être auraient-ils du devenir flics ou détectives… 

Difficile de sortir de ce canevas autocentré, certes passionnant mais finalement limité pour donner au film plus d’ampleur au delà de l’investigation. Reste cette question centrale : comment l’organigramme du clergé a-t-il pu continuer à faire officier ses curés tout en connaissant leurs condamnables agissements ? Question clé quelque peu éludée au profit des constats. Des passages sur le fonctionnement opaque d’une organisation assez secrète auraient apporté une dimension plus pertinente. Le film devient une quête de personnes et ne s’élève jamais vraiment à la dimension sociétale, au delà du dégout et des réactions outrées. 

Un Spotlight soutenu par la presse pour son travail exemplaire d’investigations. Mais le film n’est ni original ni inoubliable. Un moment de cinéma passionnant mais pas un monument vers lequel revenir avec envie. Pas une déception, juste un bon moment de cinéma. Je reverrais Les Hommes du Président volontiers pour les prestations habitées d’Hoffmann et Redford, mais pas sûr de vouloir revenir sur Spotlight. C’est toute la limite du film.

L’info en plus : Spotlight est nommé aux Oscars 2016 dans les catégories Meilleur film, meilleure mise en scène, meilleur scénario, meilleur second rôle masculin (Mark Ruffalo) et meilleur second rôle féminin (Rachel McAdams).

[vc_text_separator title=”SYNOPSIS ET INFOS” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

Spotlight

Adapté de faits réels, Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe – couronnée par le prix Pulitzer – qui a mis à jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation, baptisée Spotlight, a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde. L’enquête révèlera que L’Eglise Catholique a protégé pendant des décennies les personnalités religieuses, juridiques et politiques les plus en vue de Boston, et déclenchera par la suite une vague de révélations dans le monde entier.

Sortie : le 27 janvier 2016
Durée : 2h08
Réalisateur : Tom McCarthy
Avec : Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams
Genre : Thriller, drame

[vc_text_separator title=”BANDE ANNONCE” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

[vc_text_separator title=”NOS DERNIERS FILMS COUPS DE COEUR” color=”custom” border_width=”5″ accent_color=”#1e73be”]

1 COMMENTAIRE

  1. Si Spotlight vient de recevoir l’Oscar du Meilleur film, c’est une surprise pour beaucoup car il n’était pas favori. Et pour nous, c’est une très bonne surprise ! Spotlight dévoile le scandale des prêtres pédophiles grâce au laborieux travail de journalistes. Il est vrai que le film n’a rien d’extraordinaire si ce n’est son sujet. Si on garde en tête qu’il s’agit de centaines d’enfants violés, tout prend sens de façon épouvantable. Le film s’attache davantage à l’enquête des journalistes qu’aux victimes. Mais l’important est le résultat de cette enquête et surtout les victimes de ces prêtres. Du coup, le film reste gravé en vous comme une marque au fer rouge. Ne l’oublions pas, c’est, hélas, une histoire vraie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici