Un Faust de gala au Théâtre Le Ranelagh

Faust
Faust, Théâtre Le Ranelagh, Mise en scène de Roan Rivière

Un Faust de gala au Théâtre Le Ranelagh

Le vieux savant érudit Faust place son âme dans les mains de Méphistophélès dans l’espoir de reprendre gout à la vie. Le célèbre ouvrage de Goethe est repris sur la scène du Théâtre Le Ranelagh par des acteurs inspirés. La mise en scène dynamique de Ronan Rivière fait revivre les infortunes du savant raisonné devenu jouisseur inconséquent. On s’amuse des truculences du démon et on frémit devant l’aveuglement du savant. La morale n’est pas sauve et bien malin qui saura trouver le moyen de sauver cette âme en perdition.

Un mythe européen

Le Docteur Faust signe un pacte avec le diable pour ressentir de nouveau les plaisirs de la vie. L’histoire est connue et trouverait sa source aux confins du XVIe siècle, une époque riche en superstitions et en réflexes archaïques. Goethe s’est inspiré des écrits de Christopher Marlowe et de Georg Wiedmann pour rédiger son oeuvre à la toute fin du XVIIIe siècle. La philosophie des Lumières était passée par là, le romantisme préparait son éclosion dans le tout proche XIXe siècle, l’auteur allemand pouvait ressusciter une histoire de mythes et de magie pour invoquer la toute puissance de la raison face à la crédulité des esprits simples. Mais surtout Goethe fait une critique en règle de ces esprits prêts à toutes les vanité pour accéder au plaisir. Méphisto est-il vraiment un être maléfique ou plutôt la face la plus démoniaque de l’esprit de Faust? Pendant que la créature vêtue de rouge badine avec truculence, Faust s’essaye à la forfaiture en multipliant promesses fallacieuses et comportement criminel. La très pieuse et naïve Marguerite sera sa victime sacrificielle, refusant d’échapper à son triste sort pour ne plus frayer avec un être devenu aussi diabolique que son pygmalion.

Une mise en scène ultra dynamique

Un échafaudage brinquebalant ne cesse d’être manipulé par les comédiens au centre d’une scène réduite au maximum. Le peu de place ne signifie rien face aux manigances du malin. Un piano agrémente d’airs dramatiques les péripéties du sinistre équipage. Le public assiste impuissant à leurs méfaits et un silence pesant accompagne la dramaturgie voulue par l’auteur allemand. Nul plaisir ne peut être retirer d’actions fondées sur l’individualisme forcené et le mépris de son prochain. La troupe d’acteurs insiste sur les troubles issus de la tromperie en le rendant équivoque, voire démoniaque. Ronan Rivière mène la troupe avec entrain dans son costume de Méphisto. Un Faust âgé et un autre jeune alternent selon les intrigues pour amener touches respectives de lassitude et de surexcitation. Quant à Marguerite, Laura Chetrit l’incarne avec conviction, ne se détournant de son chemin virginal que pour y revenir coute que coute dans une admirable intensité.

Ce Faust ravit l’audience grâce à l’investissement énergique de la troupe de comédiens et à la mise en scène sommaire mais dynamique du Méphisto. La pièce est un succès, la salle était comble, nul doute que de nombreux autres spectateurs sortiront tout autant ravis de la salle après les prochaines dates!

Dates :  Jusqu’au 26 mars 2017 / du mercredi au samedi à 19h et le dimanche à 15h / relâches les 1er – 6 – 12 – 13 -21 janvier / 3 février / 8 – 9 – 10 – 22 – 23 – 25 mars
Lieu : Théâtre Le Ranelagh (Paris)
Metteur en scène : Ronan Rivière
Avec : Aymeline Alix, Laura Chetrit, Romain Dutheil ou Anthony Audoux

Note
Originalité
Mise en scène
Jeu des acteurs
Texte
Stanislas Claude
Rédacteur ciné, théâtre, musique, BD, expos, parisien de vie, culturaddict de coeur. Fondateur et responsable du site Culturaddict, rédacteur sur le site lifestyle Gentleman moderne. Stanislas a le statut d'érudit sur Publik’Art.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here